Scandale sexuel

12 novembre 2017 17:48; Act: 12.11.2017 17:56 Print

Ridley Scott efface Kevin Spacey de son dernier film

Expurger l'acteur d'un film à six semaines de sa sortie est un défi sans précédent à Hollywood et un pari audacieux face aux scandales d'abus sexuel qui s'accumulent.

La bande-annonce, pour l'instant avec Kevin Spacey.

Sur ce sujet

Kevin Spacey, deux fois oscarisé, est accusé d'avoir agressé sexuellement plusieurs hommes dont des mineurs et sa présence dans le film minait ses perspectives au box-office et aux Oscars. Effacer de «Tout l'argent du monde» la star tombée en disgrâce à la suite de l'affaire Harvey Weinstein est donc apparu comme la seule solution pour sauver du désastre le film au budget estimé à 40 millions de dollars. Le studio Sony, distributeur du film, «établit de nouvelles normes à Hollywood».

Spacey, 58 ans, va être remplacé au pied levé par Christopher Plummer, de presque trente ans son aîné, pour le rôle du magnat américain J. Paul Getty dans ce récit du kidnapping en 1973 du petit-fils adolescent du milliardaire, John Paul Getty III. Un choix risqué et coûteux, qui devrait se chiffrer à 2,5 millions de dollars rien que pour les huit jours de plateau avec Plummer, sans compter les nouvelles bandes-annonces et affiches.

Pas une première pour Ridley Scott

L'équipe s'est à présent lancée dans une course contre la montre pour retourner avec Christopher Plummer et les autres acteurs nécessaires dans ces scènes, remonter le film, avant la date de sortie en salles du 22 décembre. D'après le magazine spécialisé Variety, Sony et la maison de production Imperative Entertainment ont d'abord envisagé de repousser la sortie de «Tout l'argent du monde» à 2018. Ils risquaient cependant d'être doublés par «Trust», une série mise en scène par le cinéaste Danny Boyle qui chronique aussi l'enlèvement de Getty, et programmée début janvier sur la chaîne FX. Pour avoir une chance de concourir aux Oscars, le film devait aussi obligatoirement sortie en salles d'ici la fin de l'année.

Ce n'est pas la première fois que Ridley Scott se retrouve face à un défi majeur: il avait été confronté au décès soudain de l'acteur britannique légendaire Oliver Reed trois semaines avant la fin du tournage de «Gladiator» (2000) - couronné par 5 Oscars. Pour finir le film, le réalisateur de «Blade Runner» et «Alien» avait fait appel à des technologies de pointe, utilisant une doublure sur qui le visage de Reed avait été superposé numériquement.

(L'essentiel/AFP)