Frissons au cinéma

05 janvier 2017 12:17; Act: 05.01.2017 12:25 Print

Rien ne vaut un monstre pour vaincre ses peurs

Ne négligez jamais le pouvoir de l'imaginaire sur la vie réelle. Le film «Quelques minutes après minuit», en salles, l'illustre brillamment.

Maman (Felicity Jones) est malade, et papa (Toby Kebbell), qui s'est trouvé une nouvelle femme très loin, n'est que de passage. Conor (Lewis MacDougall) le sait bien: il va ­bientôt devoir habiter avec sa grand-­mère (Sigourney Weaver), qui n'est pas la douceur incarnée. À l'école, le quotidien n'est pas plus joyeux, entre harcèlement et démotivation. Alors, Conor rêve, chaque nuit, qu'après minuit il rencontre un monstre. Pas n'importe quel monstre: un arbre aussi impressionnant et bienveillant qu'un Ent sorti du «Seigneur des Anneaux», et qui va lui raconter des histoires pour grandir.

Les trois récits, enchâssés dans l'intrigue principale, apprendront à Conor à nuancer ses jugements, à accepter la vérité et la douleur de son chagrin, à se tenir debout avec fierté pour affronter la vie. C'est somme toute aussi basique qu'un bon conte traditionnel, avec en prime le spectaculaire, tant visuel que symbolique, des images et de la mise en scène.

Le scénario évite tout didactisme simpliste, alors même qu'on devine vite, en tant qu'adulte, le message que le film veut faire passer. Somme toute, «Quelques minutes après minuit» est la plus belle consolation qu'on puisse offrir à un enfant confronté à la maladie d'un parent.

(L'essentiel/Catherine Magnin)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.