Le DVD de la semaine

14 février 2017 09:00; Act: 13.02.2017 18:43 Print

«Kiki», une ode aux plaisirs sans gêne

Il y a autant de sexualités que de formes d'amour. La preuve dans «Kiki», coquine leçon espagnole de tolérance.

  • par e-mail

Madrid. L'été. La chaleur échauffe les sens des prota­gonistes de cinq histoires d'amour. La chaleur, mais pas seulement. Se faire agresser, se frotter à de la végétation, regarder son partenaire pleurer, ou simplement dormir... Oui, il y a moult façons de prendre son plaisir. Et «Kiki, l'amour en fête» en dresse un catalogue non exhaustif, aussi enjoué que tonique. Cela vous pose un problème que les autres prennent leur pied ainsi, mais aussi de devoir avouer que vous aussi, ces petites perversions vous titillent? Allez, désinhibez-vous: regardez «Kiki»!

Pas archicoquin dans sa représentation du sexe, ce film à sketches est tout de même plus kiffant qu'un autre film qui sort aujourd'hui sur grand écran (suivez mon regard...). Ce qui ne l'empêche pas, sous ses dehors de frivolité, de poser des questions de fond. Sur les sentiments, le couple et sa survie, par exemple.

Bon, ce n'est pas très original, si l'on songe que «Kiki» est le remake de «The Little Death», film australien sorti en France sous le titre de «If you love me» (!). Alors pourquoi plutôt craquer pour le film de Paco Leon? Pour la langue (celle qu'on parle), cet espagnol qui faisait chavirer Morticia et Gomez Addams. Tiens, est-ce qu'elle a un nom, cette excitation-là?

(L'essentiel)