Débat relancé en France

21 novembre 2017 14:06; Act: 21.11.2017 15:00 Print

La cigarette, bientôt bannie du grand écran?

Une phrase de la ministre française de la Santé a fait ressurgir le spectre d'une possible interdiction du tabac dans les films, une idée rejetée au nom de la liberté d'expression.

storybild

Entre 2005 et 2010, 80% des films français les plus vus montraient des objets liés au tabac.

Sur ce sujet

«Je ne comprends pas aujourd'hui l'importance de la cigarette dans le cinéma français», s'est interrogée jeudi Agnès Buzyn, promettant «une action ferme là-dessus». Va-t-on priver Jean-Paul Belmondo de sa clope dans «À bout de souffle»? Jacques Tati de sa pipe? Que ferait Sabine Azema sans sa cigarette dans «Smoking/No smoking»? Les amoureux du septième art crient à l'hérésie. «Un film n'est pas là pour refléter la société telle que l'État voudrait qu'elle soit», considère Frédéric Goldsmith, délégué général de l'Union des producteurs de cinéma (UPC), qui fédère plus de 200 d'entre eux.

«C'est une réalité, beaucoup de gens fument», poursuit-il, interrogé par l'AFP, la lutte contre le tabagisme «ne peut pas passer par une atteinte à la liberté de création». Pour Serge Toubiana, à la tête d'Unifrance, l'organisme chargé de la promotion du cinéma français à l'étranger, cette idée est «un aveu d'échec de la politique publique en matière de santé». «Si on en vient à (...) légiférer sur le fait de fumer ou pas sur des écrans de cinéma, c'est qu'on a échoué sur tout le reste. Le cinéma est un art, un plaisir, un divertissement, pas un outil de propagande pour la cigarette», défend-t-il.

Dans 80% des films

Face à la polémique, la ministre a effectué une mise au point. «Je n'ai jamais envisagé ni évoqué l'interdiction de la cigarette au cinéma (...). La liberté de création doit être garantie», a-t-elle assuré mardi via Twitter. «La liberté de création ne réside-t-elle pas également dans l'indépendance des réalisateurs vis-à-vis des incitations à montrer la cigarette à l'écran?» «Ça nous rassure que (la ministre) rappelle le principe de liberté de création», s'est réjouit Mathieu Debusschère, délégué général de l'ARP (auteurs, réalisateurs et producteurs), dans l'attente d'en savoir plus sur les projets précis du gouvernement.

D'après une étude Ipsos, le cinéma français est sensible à l'attrait de la cigarette, alors que le placement de tabac est interdit par la loi Evin. Entre 2005 et 2010, 80% des films français les plus vus montraient des objets liés au tabac et il y a «une tendance du cinéma français à banaliser l'acte de fumer», selon ce rapport. «La cigarette est un accessoire très intéressant» pour les acteurs et permet une «ponctuation dans la mise en scène», indique le critique Adrien Gombeaud, auteur du livre «Tabac et cinéma: histoire d'un mythe», pour expliquer sa place dans le septième art.

Avertissements avant le début du film

Or, mettre en scène des personnages en train de fumer est loin d'être anodin, avertit l'OMS. «Les films dans lesquels on consomme des produits du tabac ont incité des millions de jeunes dans le monde à commencer à fumer», dénonçait l'Organisation mondiale de la Santé en 2016. Les cigarettiers l'ont bien compris. Le géant américain Philip Morris, dans des archives déclassifiées, affirmait que «les films et les personnalités ont plus d'influence sur les consommateurs qu'une affiche statique d'un paquet de cigarettes».

L'OMS préconise la diffusion de messages antitabac avant les projections, la disparition des marques de cigarettes à l'écran, une classification en fonction de l'âge des films où apparaissent des fumeurs et que les producteurs attestent n'avoir rien reçu en échange de la présence de tabac dans leurs films. Ce n'est pas la première fois que surgit l'idée de bannir la cigarette du cinéma. En 2009, la régie publicitaire de la RATP avait supprimé la pipe figurant sur l'affiche d'une exposition consacrée à Jacques Tati et refusé l'affiche de «Coco avant Chanel» où l'actrice Audrey Tautou fumait. En 2015, la députée socialiste Michèle Delaunay dénonçait déjà la présence du tabac sur le grand écran.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • loulou54 le 21.11.2017 15:23 Report dénoncer ce commentaire

    ras le bol de ces positions , de toutes ces interdictions qui ne servent pas à grand chose. Si le tabac est si mauvais, il faut tout simplement l'interdire à la vente et à la consommation. Je suis un ancien fumeur et ça devient du n'importe quoi

  • Pietro le 21.11.2017 15:00 Report dénoncer ce commentaire

    Est-ce qu'on ne devrait pas combattre les problèmes de notre réalité plutôt que ceux de nos personnages de fiction ?

  • HarleyGirl le 21.11.2017 20:53 Report dénoncer ce commentaire

    Avec ce gouvernement on frise franchement l'overdose, avec toute la violence qu'il y a dans les films, les jeux vidéos, et plus simplement dans les journaux télévisés, on s'inquiète de voir un bout de cigarette à l'écran ??? Non mais n'importe quoi !!!

Les derniers commentaires

  • Klimonos le 22.11.2017 16:24 Report dénoncer ce commentaire

    Interdisons directement le cinéma. Non?

  • DieselClaVie le 22.11.2017 12:52 Report dénoncer ce commentaire

    On commence par le tabac et bientôt on ne pourra même plus voir un rail de coke à la télé !

    • Mikolas le 22.11.2017 16:06 Report dénoncer ce commentaire

      T'imagines Scarface en version actuelle!!??

  • DieselClaVie le 22.11.2017 12:50 Report dénoncer ce commentaire

    On a bien interdit les publicité de tabac, le sponsoring malboro en F1, les distributeurs à l'école.... Laissons-nous notre liberté et éduquons les gens !

  • Mikolas le 22.11.2017 12:00 Report dénoncer ce commentaire

    Est-ce que le cannabis thérapeutique sera toujours admis?

  • @Enna le 22.11.2017 10:40 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Évitez la culture. Elle ne vous convient pas.