«Paddington 2»

05 décembre 2017 18:13; Act: 05.12.2017 18:17 Print

Paddington n'a pas fini de bluffer son petit monde

La suite d'un film réussi fiche toujours un peu la pétoche aux véritables fans du premier long métrage. Soyez rassurés: «Paddington 2», c'est de la balle!

  • par e-mail
Sur ce sujet

Dans le premier volet de ses aventures adaptées des livres de feu Michael Bond, le petit ourson péruvien s'était frotté à tout ce que la civilisation, britannique de surcroît, a d'artificiel. La suite allait-elle continuer à surfer sur ce contraste? Pas du tout. Cet aspect-là est expédié en deux coups de brosse à dents dans les oreilles au début du film. Désormais Paddington est bien intégré dans sa famille d'adoption (Sally Hawkins et Hugh Bonneville) et dans son quartier, et n'est pas peu fier de le raconter à sa tante, à qui il voudrait bien offrir une visite à Londres pour ses 100 ans.

À défaut de lui payer le voyage, il pense lui envoyer un tout beau livre repéré chez un antiquaire. Paddington se met même en tête de trouver un travail pour l'acheter! Mais l'ouvrage est convoité par un acteur has been et odieux (Hugh Grant). Et quand il est volé, qui est-ce qui finit en prison? Paddington, bien sûr!

Mis en scène par Paul King, comme le premier volet sorti il y a trois ans, «Paddington 2» est un divertissement familial malin et inventif. Et poétique, comme quand il plonge le spectateur au milieu des personnages de papier d'un pop-up, ou que l'ourson teinte de rose l'uniforme de prisonniers. La naïveté, la gentillesse foncière du personnage sont le ressort principal du film, qui nous épargnent les lourdeurs, le pipi-caca qui auraient sans doute marqué une version à l'américaine. Bref, c'est sucré et irrésistible comme la marmelade du héros. Et pose haut la barre pour un potentiel «Paddington 3».

(L'essentiel/Catherine Magnin)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.