«Deux moi»

10 septembre 2019 19:51; Act: 11.09.2019 15:42 Print

Cédric Klapisch fait encore une fois mouche

Le dernier film du réalisateur Cédric Klapisch, «Deux moi», raconte l'histoire de deux Parisiens célibataires qui ne vont pas très bien.

Sur ce sujet
Une faute?

Il n'arrive pas à trouver le sommeil, elle ne fait que dormir. Il ne parvient pas à s'exprimer, elle ne sait pas dire non. Il peine à faire une rencontre, elle multiplie les rendez-vous ratés. Leurs balcons voisins donnent sur la gare du Nord, dos à Montmartre, dans un Paris gris. Rémy et Mélanie sont seuls, déprimés. Alors ils commencent tous les deux une psychothérapie.

Pour «Deux moi», Cédric Klapisch reprend ses nouveaux acteurs fétiches (François Civil et Ana Girardot) et les met dans la peau de trentenaires en décalage avec la société qui les entoure. Et ceci à une époque où des robots remplacent les employés et où les entreprises ont des «salles de convivialité». Après le Chinatown de New York («Casse-tête chinois») et la Bourgogne dans son dernier film, le cinéaste français retrouve Paname, théâtre d'un récit sur le besoin d'amour et la solitude. Une sorte de «Chacun cherche son chat» version 2019, en somme.

Les séances chez les psys, d'abord peu constructives, gagnent en profondeur petit à petit, avec quelques perles jouissives de la psy de Mélanie (Camille Cottin), comme: «Pour que les deux moi fassent un nous, il faut que les deux moi soient soi». Il y a certes quelques clichés, presque inévitables lorsque l'on raconte la vraie vie. Mais Cédric Klapisch fait ça si bien qu'une fois de plus, on l'écoute sans se lasser.

• «Deux moi». De Cédric Klapisch. Avec François Civil, Ana Girardot.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.