Cinéma

25 janvier 2017 16:20; Act: 26.01.2017 12:56 Print

La diversité prend enfin sa revanche aux Oscars

Six acteurs noirs ont été nommés à la 89e édition des Academy Awards et au moins un dans chaque catégorie de prix d'interprétation. C'est du jamais vu!

storybild

Ruth Negga est finaliste pour «Loving», Denzel Washington - déjà deux fois oscarisé - et Viola Davis (photo) pour «Fences», Mahershala Ali et Naomie Harris pour «Moonlight» et Octavia Spencer (lauréate en 2012) pour «Les figures de l'ombre». (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Après deux ans d'intense polémique, la diversité prend sa revanche aux Oscars avec six acteurs noirs nommés et au moins un dans chaque catégorie de prix d'interprétation. Ruth Negga est finaliste pour «Loving», Denzel Washington - déjà deux fois oscarisé - et Viola Davis pour «Fences», Mahershala Ali et Naomie Harris pour «Moonlight» et Octavia Spencer (lauréate en 2012) pour «Les figures de l'ombre». Le Britannique Dev Patel, aux origines indiennes, est quant à lui en lice pour «Lion».

«Quelle différence peut faire un mot-dièse!», a remarqué sur Twitter Sasha Stone, rédactrice en chef du site Awards Daily, en référence à #OscarsSoWhite, le «hashtag» qui a enflammé les réseaux sociaux ces deux années passées quand les acteurs nommés étaient tous blancs.

«Je suis très heureuse. Mais ce n'est pas nécessairement un message. Notre académie est composée de professionnels, qui décident des nommés dans leur catégorie. (...) Et cette année nous avons eu la chance d'avoir une merveilleuse liste de films», a tempéré la présidente de l'Académie, Cheryl Boone Isaacs, elle-même noire.

Diversité aussi pour les réalisateurs

La diversité des nominations ne s'est pas arrêtée aux comédiens: le réalisateur et scénariste de «Moonlight», Barry Jenkins, en a reçu deux. Au total ce film bouleversant sur le passage à l'âge adulte d'un enfant noir et homosexuel dont la mère est toxicomane est cité huit fois.

Le directeur de la photographie Bradford Young a également été sélectionné pour «Premier contact», entre autres. «Il est important de noter le nombre de premières nominations (d'Afro-américains) derrière la caméra (...) cela montre des avancées», a remarqué sur Twitter, April Reign, la créatrice du mot-dièse #OscarsSoWhite.

Quatre des cinq documentaires en lice étaient notamment réalisés par des Noirs dont «The 13th» d'Ava DuVernay, sur l'incarcération massive des Afro-américains aux États-Unis, ou «Je ne suis pas votre nègre», de Raoul Peck.

«Les nominations reflètent une vue réelle, concrète du cinéma en Amérique»

«C'est un honneur d'être (...) nommée au cours d'une année qui embrasse et célèbre l'inclusion», s'est réjouie Ava DuVernay, auprès du Hollywood Reporter. «Selma», son film acclamé il y a deux ans, avait été notamment à l'origine de la polémique #OscarsSoWhite, quand ni elle, ni ses acteurs n'avaient été retenus dans la sélection.

«Nous avons manifesté contre les Oscars l'an dernier. Cette année les nominations reflètent une vue réelle, concrète du cinéma en Amérique», s'est félicité le célèbre militant pour les droits civiques, Al Sharpton. «Le militantisme en ligne et le boycott des Oscars par (l'actrice) Jada Pinkett Smith et d'autres», notamment son mari Will Smith ou le metteur en scène Spike Lee «ont contribué à une prise de conscience nationale et peut-être au sein de l'Académie», a remarqué Shaun Harper, directeur exécutif du centre sur les études Raciales de l'université USC à Los Angeles.

L'indignation après les nominations «trop blanches» avait notamment incité l'Académie à prendre des mesures pour élargir ses rangs. Fin décembre, celle-ci comptait près de 6 700 membres votants, dont 27% de femmes et 11% issus des minorités (contre respectivement 24% et 7% il y a un an).

(L'essentiel/AFP)