«BlacKkKlansman»

19 septembre 2018 09:00; Act: 18.09.2018 18:45 Print

Le KKK infiltré par un agent aux deux visages

Avec «BlacKkKlansman», Spike Lee livre un polar très détonnant et une sacrée charge contre le racisme, l’extrême droite et le président Trump.

Une faute?

Premier officier noir américain du Colorado Springs Police Department, l’arrivée de Ron Stallworth est accueillie avec scepticisme. Celui-ci a une idée: il veut infiltrer le KKK. Mais quand il s’agit de rencontrer physiquement le chapitre local du Klan, il lui faut une couverture: ce sera donc son collègue Flip Zimmerman (Adam Driver), blanc et juif. Basé sur l’histoire réelle d’un policier afro-américain qui a infiltré le Ku Klux Klan dans les années 70, le film alterne entre polar classique et film militant.

Le duo John David Washington, fils de Denzel, le «Malcolm X» de Spike Lee en 1992, et Adam Driver s’en donne à cœur joie pendant plus de deux heures, le film débordant volontiers sur la comédie pure. Mais avec Spike Lee, il est évidemment toujours question de politique. Le réalisateur américain de «Do The Right Thing» ou «Nola Darling n’en fait qu’à sa tête» ose le parallèle entre le leader du Klan dans le film, David Duke, et Donald Trump.

David Duke veut «rendre sa grandeur à l’Amérique»? Difficile de ne pas penser au slogan de campagne du président américain, «Make America Great Again». Pour conclure ce réquisitoire, le cinéaste s’offre un bond de 50 ans avec des images de Charlottesville, et notamment ces quelques secondes où la voiture d’un militant néonazi percute volontairement des militants antiracistes. Une femme de 32 ans, Heather Heyer, y laissa la vie.

• «BlaKkKlansman». De Spike Lee. Avec John David Washington, Adam Driver, Topher Grace. Sortie le 19 septembre.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.