«After - Chapitre 1»

17 avril 2019 12:47; Act: 17.04.2019 14:33 Print

Le phénomène «After» débarque sur grand écran

La saga à succès d’Anna Todd donne lieu à un premier film qui peut s’inscrire dans la lignée de «50 Nuances de Grey».

Sur ce sujet
Une faute?

Pas d’histoire de coups de fouet et de sadomasochisme dans «After». Mais les ressemblances avec «50 Nuances de Grey» sont bien là. D’ailleurs, l’auteur des romans a confié que la trilogie d'E.L. James avait été source d’inspiration. En 2013, Anna Todd écrit une fanfiction sentimentale sur son smartphone sous forme de SMS littéraires et la publie sur l’app Whattpad. Son personnage de voyou tatoué est inspiré du chanteur Harry Styles tandis que la jeune fille à la vie bien rangée, c’est elle-même. Le texte est téléchargé plus d’un milliard de fois et donne lieu à cinq tomes imprimés.

Au cinéma, Tess est incarnée par Josephine Langford. Le film commence lorsque la gentille fille sage, studieuse et vierge bien sûr entre à l’université. Sa coloc déjantée l’embarque à une fête où ça picole en jouant à «Action ou vérité». Tess refuse de séduire Hardin (Hero Fiennes-Tiffin), beau gosse provocateur. Mais leur rencontre n’est que le début d’une histoire d’amour passionnelle, qui va faire découvrir à Tess des émotions jamais ressenties.

«After», c’est la romance type pour adolescents. Du premier baiser dans un lac enchanteur jusqu’à la dispute sous la pluie, tous les clichés banals y figurent. C’est fleur bleue et franchement très gentillet: la scène de sexe est balayée en moins d’une minute et Hardin, décrit dans le résumé comme «grossier et cruel», se révèle être un garçon super, en réalité à peine plus tourmenté que vous et moi.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.