Cinéma

03 mai 2017 09:00; Act: 03.05.2017 11:47 Print

Les Gardiens de la Galaxie continuent à s'amuser

Presque trois ans après un succès planétaire, ces superhéros à l’humour potache font leur grand retour sur grand écran.

Sur ce sujet

Le réalisateur américain James Gunn reprend sa place derrière la caméra pour ces nouvelles péripéties du groupe d’aventuriers le plus dingue de la galaxie. Les Gardiens tentent cette fois de maintenir la cohésion de leur famille de substitution, à un moment où le chef de la bande, incarné par Chris Pratt, est confronté à des problèmes familiaux après sa rencontre avec son père (Kurt Russell), mi-dieu mi-planète vivante. Tensions familiales également entre les sœurs Gamora (Zoe Saldana) et la cyborg malveillante Nebula (Karen Gillian).

De grands noms du cinéma ont de nouveau participé à ce second épisode de la saga, comme Bradley Cooper, qui redonne la voix au raton-laveur Rocket, Vin Diesel, qui prête la sienne à Groot, l’humanoïde à l’apparence d’arbre ou encore Glenn Close. Sylvester Stallone, 70 ans, figure également au générique de cet opus, et n’a pas lu la BD pour arriver «sans idée préconçue».

De son côté, Kurt Russell a révélé qu’il ne fréquentait guère les salles obscures et n’avait pas vu le premier film lorsqu’il a été contacté pour participer au second. «Je savais néanmoins que tout le monde l’aimait... Et lorsque j’ai vu le film, j’ai immédiatement compris pourquoi et j’ai immédiatement voulu le faire», a-t-il raconté.

>> «Les Gardiens de la Galaxie 2» De James Gunn. Avec Chris Pratt, Zoe Saldana, Dave Bautista.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.