Dylan Penn

20 septembre 2021 07:41; Act: 20.09.2021 11:52 Print

«Pas facile d’avoir son père comme patron!»

Dans «Flag Day», Dylan Penn, fille de Sean Penn et Robin Wright, joue sous la direction de son père et lui donne la réplique.

storybild

Dylan et Sean Penn. (photo: Éric Charbonneau)

Sur ce sujet
Une faute?

On l’a vue dans un clip de Nick Jonas et une pub pour GAP, mais c’est avec le thriller «Flag Day» que Dylan Penn, 30 ans, se lance totalement comme actrice. Elle y incarne la fille d’un braqueur de banque incarné par son père, Sean Penn, 61 ans, également réalisateur du film, qui était en compétition au Festival de Cannes.

Avez-vous poussé votre père à vous donner ce rôle?

Au contraire. Je lui ai probablement dit non dix fois avant d’accepter! J’avais lu l’autobiographie de Jennifer Vogel à 15 ans, et la relire à presque 30 ans m’a donné l’impression de pratiquement lire mon journal intime. J’ai eu le sentiment d’avoir de nombreuses ressemblances avec ce personnage et que je pourrais apporter certaines de mes propres expériences. J’ai été convaincue après avoir rencontré Jennifer, car elle m’a dit qu’elle ne voulait pas d’une actrice qui allait essayer de l’imiter.

Y a-t-il beaucoup de similitudes avec votre vie privée dans les relations fille-père dans ce film?

Non, mon père et moi avons des relations très différentes de celles de nos personnages, John et Jennifer, où celle-ci découvre que son père est un voleur. Je dois ajouter que, contrairement à celle que j’interprète dans le film, je n’ai pas grandi avec des parents qui ont eu besoin de me blesser pour m’inspirer. J’ai des parents qui m’ont toujours aimée.

La bande-annonce de «Flag Day»:

Sean Penn est aussi le réalisateur de «Flag Day». Est-ce facile d’être dirigée par son père?

Travailler avec papa a été une occasion extraordinaire. Mais ce n’est pas facile d’avoir son père comme boss! Ça n’a pas été simple tous les jours, mais j’ai voulu aller sur ce tournage en me disant qu’il était mon patron, même si à la fin de la journée il est mon père. Nous avons une relation complexe qui n’est pas parfaite tous les jours, car nous sommes tous les deux des alpha, des gens aux caractères forts. (Rire.) Ça peut parfois amener à des confrontations. Mais je pense que le résultat du film est bon au final, et c’est cela qui compte.

Dans le clip «Chains» de Nick Jonas:

(L'essentiel/Henry Arnaud, Cannes)