Cinéma

04 septembre 2019 09:00; Act: 04.09.2019 11:09 Print

Une histoire d'amour sur fond d'intégrisme

Adapté d'un roman, «Les hirondelles de Kaboul» évoque l'Afghanistan des talibans en faisant le choix de l'animation.

storybild

Cette coproduction luxembourgeoise a remporté le Valois de diamant au Festival d'Angoulême.

Sur ce sujet
Une faute?

«Les hirondelles de Kaboul» raconte l'histoire de Mohsen et Zunaira, un jeune couple amoureux, artiste et épris de liberté qui peine à s'adapter à la vie sous le régime des talibans. Leur destin va croiser celui d'Atiq, un ancien moudjahid devenu chef d'une prison pour femmes, qui veille, à l'abri des regards, sur son épouse malade, Mussarat.

À l'origine de ce projet, l'actrice et réalisatrice Zabou Breitman a fait appel à l'animatrice Eléa Gobbé-Mévellec, avec qui elle a coréalisé ce projet. Pour donner de la vie à cette poignante histoire d'amour sur fond d'intégrisme, elle a fait appel aux acteurs Simon Abkarian, Hiam Abbas, Zita Hanrot et Swann Arlaud, qui ont non seulement prêté leur voix, mais ont aussi été filmés en train de jouer.

C'est à partir de ces scènes qu'ont été dessinés les personnages. À l'écran, le spectateur reconnaît sans peine le personnage joué par Simon Abkarian (Atiq) ou celui incarné par Zita Hanrot (Zunaira), meilleur espoir féminin en 2016 pour «Fatima». Ce souci d'être au plus près des personnages s'insère parfaitement dans le récit. Le trait épuré et la palette désaturée d'Eléa Gobbé-Mévellec confèrent une grande douceur à une histoire dure, comportant des scènes de lapidation, d'emprisonnement et de violence.

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.