Adam Driver

23 novembre 2021 20:17; Act: 24.11.2021 09:08 Print

«Une scène de sexe est une scène de combat»

Face à Lady Gaga dans «House of Gucci», de Ridley Scott, l'acteur américain Adam Driver incarne Maurizio Gucci, le patron de la célèbre marque de luxe.

storybild

Avant «House of Gucci», Adam Driver avait déjà tourné sous la direction de Ridley Scott dans «Le dernier duel».

Sur ce sujet
Une faute?

Les films «Star Wars» ont fait de lui une star à Hollywood. Adam Driver, 38 ans, s’est métamorphosé en Maurizio Gucci dans «House of Gucci». L’acteur incarne le patron de la célèbre marque de luxe dont l’assassinat avait été commandité par son ex-épouse, incarnée par Lady Gaga.

Quelle a été votre préparation pour entrer dans la peau du patron de Gucci?

Adam Driver: J’ai joué plusieurs fois des hommes qui ont existé, et je ne crois pas qu’il existe une recette magique pour incarner à l’écran une personne réelle. La recherche est importante, mais elle n’est pas parfaite, donc je ne me focalise pas là-dessus. J’ai lu le livre qui a été consacré à cette affaire en m’efforçant de retenir le plus de détails possible sur Maurizio Gucci. Ça a fait travailler mon imagination. Ensuite, je m’efforce de tout oublier pour ne pas devenir une caricature du personnage.

Quelle est l’importance du scénario?

C’est l’élément capital sur lequel je m’appuie, deux semaines avant de démarrer un tournage. Je lis et je fais des recherches durant les mois qui précèdent la production, mais il n’y a que le script qui soit ma bible au moment de jouer devant les caméras. Je n’ai pas besoin de me dire que je dois à tout prix être fidèle au moindre détail de l’histoire vraie, car tout est question d’interprétation.

Que dire de vos partenaires, Lady Gaga, Al Pacino ou Jared Leto?

Nous sommes tous arrivés préparés à 200% sur le plateau. Chacun était prêt à se mettre au service de l’autre. Il n’y a pas eu d’interminables discussions. Nous formions une équipe soudée avec un seul objectif: aider nos partenaires à donner le meilleur devant la caméra. Et il n’y a que cela qui compte.

Quelle est votre opinion du metteur en scène, Ridley Scott?

Il prépare chaque scène pour laisser aux comédiens la possibilité de jouer le plus spontanément possible. Il n’est pas du genre à refaire des dizaines de fois la même séquence, ce qui oblige chaque acteur à jouer de manière organique. Il ne se concentre pas trente minutes sur un des rôles puis sur un autre. Ridley sait créer un excellent environnement de travail.

Est-ce facile de tourner une scène de sexe aussi torride que celle avec Lady Gaga?

Patrizia Gucci utilisait le sexe comme une arme et elle a apporté cette passion dans la vie de Maurizio. Je prépare ces tournages comme une scène de combat, en bloquant chaque geste avec précision. Si ça semble passionné à l’écran, tant mieux, mais c’est uniquement un jeu d’acteurs.

La bande-annonce du film:

Avant «House of Gucci», Adam Driver avait déjà tourné sous la direction de Ridley Scott dans «Le dernier duel».

(L'essentiel/Henry Arnaud, Hollywood)