Film à l'affiche

10 décembre 2018 12:24; Act: 10.12.2018 13:14 Print

«Utoya, 22 juillet» fait revivre la tuerie de Breivik

Le réalisateur norvégien a réalisé un film sur la tuerie du 22 juillet 2011, perpétrée par le néonazi Anders Breivik. Il a expliqué le sens de sa démarche.

Sur ce sujet
Une faute?

Plus de sept ans après la tragédie, «Utoya, 22 juillet», en salles mercredi, reconstitue la tuerie d'Utoya perpétrée par le néonazi Breivik. Un film qui fait revivre en temps réel cette journée noire du côté des jeunes Norvégiens visés. Conscient de rouvrir des plaies dans son pays, le réalisateur Erik Poppe a justifié sa démarche au dernier Festival de Berlin, où le film était sélectionné en compétition: «Si on attend que ça ne fasse plus mal, ça sera trop tard. C'est dur, mais ça doit participer du processus de guérison».

22 juillet 2011: déguisé en policier, l'extrémiste de droite Anders Behring Breivik traque pendant plus d'une heure les participants à un camp d'été de la Jeunesse travailliste et abat 69 d'entre eux, pour la plupart des adolescents. N'ayant jamais exprimé de remords, il a ensuite justifié ses crimes par le fait que ses victimes embrassaient le multiculturalisme. Pour Erik Poppe, ancien photographe de guerre, l'idée du film est née car «le souvenir de ce qui s'était passé sur cette île s'estompait», occulté par les multiples provocations de Breivik et le débat sur un mémorial dédié aux victimes.

Le Norvégien a rapidement écarté l'idée d'un documentaire: «Avec une fiction, on arrive peut-être à raconter quelque chose plus près de la réalité». C'est en consultant les survivants et les proches de victimes qu'il s'est mis à faire un récit «entièrement du côté des jeunes» avec de longues prises de vue, dont une séquence de 72 minutes. Soit le temps exact qu'a duré la tuerie sur la petite île.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Quidam le 10.12.2018 16:50 Report dénoncer ce commentaire

    quel film... bon un peu glauque quand même ..

Les derniers commentaires

  • Quidam le 10.12.2018 16:50 Report dénoncer ce commentaire

    quel film... bon un peu glauque quand même ..

    • Le Belge le 10.12.2018 18:22 Report dénoncer ce commentaire

      Très bon film.