Eurovision

28 janvier 2019 10:21; Act: 28.01.2019 11:52 Print

Bilal Hassani, idole queer et porte-​​drapeau français

Avec sa chanson «Roi», le jeune français d'origine marocaine représentera la France au concours de l'Eurovision.

storybild

Bilal Hassani doit sortir son premier album au printemps chez le label Low Wood.

Sur ce sujet
Une faute?

À 15 ans, il admirait Conchita Wurst, la diva à barbe qui avait remporté l'Eurovision. Cinq ans plus tard, Bilal Hassani, devenu lui aussi une égérie queer, va à son tour participer au concours musical européen où il défendra les couleurs de la France. Avec ses perruques, son maquillage, son look lorgnant du côté de Kim Kardashian - les courbes en moins - il est devenu en quelques semaines une sensation sur les réseaux sociaux, où il doit toutefois faire face à une campagne de haine.

«Je suis très fier de représenter mon pays en étant 100% moi-même, malgré les gens qui ont pu me dire sur Internet que je ne représentais pas la France», a affirmé dimanche soir, sur France 2, le jeune homme d'origine marocaine. S'il plaide à sa façon pour l'acceptation de soi et repousse les codes classiques de la masculinité, en empruntant au vestiaire féminin tout en s'affirmant comme un homme.

«Roi»

Sa chanson «Roi» a éclipsé des chanteurs confirmés comme Chimène Badi ou Emmanuel Moire, et raflé la mise samedi soir, grâce aux votes des téléspectateurs de «Destination Eurovision», l'émission chargée de désigner le candidat français pour le concours final, en mai, en Israël.

«J'suis pas dans les codes, ça dérange beaucoup», chante Bilal Hassani, dans «Roi», coécrite par le tandem Madame Monsieur, arrivé 13e à l'Eurovision en 2018 avec «Mercy» (sur le drame des migrants). «Roi» pourrait le placer à l'Eurovision dans les pas de France Gall et de Marie Myriam, la dernière gagnante française en 1977. Vu plus de 6 millions de fois, le clip montre Bilal, petit brun aux cheveux courts chanter, avant de s'affirmer quelques années plus tard avec un look plus travaillé.

Et ailleurs?

Bilal Hassani rejoint ainsi les dix autres candidats désignés qui se défient au concours de l'Eurovision. Quant aux pays frontaliers, la Belgique a déjà désigné son participant, le jeune Eliot. Cet originaire de Mons n'a pas encore dévoilé la chanson qu'il portera lors de la compétition et qui devrait être composée par Pierre Dumoulin, déjà connu de l'Eurovision puisqu'il a composé la chanson de la Belgique en 2017. Eliot, lui, a été découvert par le télécrochet The Voice Belgique en 2018.

Outre Moselle, l'Allemagne n'a pas encore choisi son candidat. Sept individus ont déjà été pré-sélectionnés et seront départagés vendredi 22 février, à Berlin, lors d'une émission télévisée en présence, notamment, de la gagnante de l'Eurovision 2010 Lena.

(L'essentiel/nxp/afp)