Eddy de Pretto

05 avril 2021 22:43; Act: 06.04.2021 13:10 Print

«En tant qu’artiste, je suis comme un papier buvard»

Le chanteur français Eddy de Pretto au look androgyne est de retour avec un très attendu deuxième album, «À tous les bâtards». Interview.

storybild

Le chanteur de 27 ans a été la Révélation masculine de l’année aux Victoires de la musique 2018. (photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

En 2018, le Français au look androgyne faisait sensation avec son premier disque, «Cure». Le revoilà avec son successeur, «À tous les bâtards». Le propos est toujours aussi incisif et le flow, à mi-chemin entre slam et chanson, est toujours aussi percutant. Coup de fil, à la cool, à Eddy de Pretto.

La pression devait être forte vu votre précédent succès.

Eddy de Pretto: Oh que oui! Énorme même. J’ai dû me creuser la tête pour rester pertinent tout en gardant une certaine innocence, innocence que j’aurais pu perdre avec mon succès. En réalité, en 2019, j’avais peur, j’étais stressé. J’ai dû reprendre confiance en moi pour commencer à écrire.

«À tous les bâtards», ça s’adresse à qui?

Il faut le prendre du bon côté. Jamais auparavant, je me serais permis d’écrire sur mon étrangeté. Cette faiblesse que j’ai cachée, j’en ai fait une force. Aujourd’hui, à la différence de sur mon premier disque, je me sens légitime pour m’ouvrir.

Il y a un côté revanchard?

Il y a un peu de ça. Le boloss du lycée qui finit par dicter les règles (rire). C’est ce que je dis sur «Bateaux-mouches». Le climat social tend aussi vers le mieux. De plus en plus, il y a des représentations positives de choses qui étaient stigmatisées hier encore.

Vous évoquez aussi les violences policières ou l’écologie. Vous êtes un artiste militant?

On me posait déjà la question sur le premier disque. Si c’est militant de donner mon avis sur des trucs qui me soûlent, alors je le suis. En tant qu’artiste, je suis le papier buvard de la société.

Pourquoi cette pochette, réalisée par une de vos fans?

Tout art est une projection. Cette Genevoise, je crois, a dessiné avec bienveillance l’image que je lui renvoyais. Ça me faisait chier de me montrer trop beau sur une photo retouchée. Là, je me trouve chelou, bizarre. Ça ne m’a pas laissé indifférent. 

(L'essentiel/Fabien Eckert)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.