Musique

13 septembre 2018 09:00; Act: 13.09.2018 11:02 Print

«Nous possédons une vraie identité de groupe»

Groupe composé de trois musiciens virtuoses, The Aristocrats va régaler les fans de prog à la Rockhal. Rencontre avec Bryan Beller, bassiste.

storybild

Bryan Beller, Guthrie Govan et Marco Minnemann forment le trio.

L’essentiel: Vous avez débuté la nouvelle tournée. À quoi peut-on s’attendre?

Bryan Beller (bassiste): C’est génial d’être de retour sur scène, avec ces musiciens formidables. Chacun de nos concerts est différent. Nous jouons des titres du premier album, mais nous vous réservons quelques surprises, et de nouveaux morceaux.

Composez-vous ensemble ou séparément?

Nous composons chacun de notre côté, puis nous mettons en commun pour que cela devienne une chanson des Aristocrats. Nous avons toujours procédé ainsi. Même si la composition évolue, car nous évoluons aussi.

Le supergroupe The Aristocrats est-il rapidement devenu un véritable groupe?

Depuis le début, nous savions que ce n’était pas un supergroupe, nous avons toujours senti une vraie identité de groupe. Sans être devin, il y avait quelque chose de spécial.

Vous êtes trois musiciens très doués. Comment gardez-vous le bon équilibre?

Cet équilibre s’est constitué assez naturellement. Nous sommes les trois parties d’une seule entité.

De votre côté, vous avez joué avec Steve Vai, Joe Satriani, Brendon Small ou Mike Keneally. Comment les avez-vous rencontrés?

Je connais Mike Keneally depuis toujours, et il m’a présenté les autres musiciens de renom. Chacun d’entre eux a un style différent, et ma mission est de livrer la meilleure partition possible pour soutenir le reste du groupe.


The Aristocrats Samedi, 20h30, à la Rockhal, à Esch-Belval. Entrée: 27/29 euros.

(Cédric Botzung/ L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.