Pop

14 octobre 2020 20:27; Act: 15.10.2020 14:42 Print

Tom Gregory a fini par avoir sa revanche

Tom Gregory est dans les charts avec ses deux singles. Rencontre avec un jeune et prometteur artiste.

Sur ce sujet
Une faute?

À 24 ans, le garçon a déjà roulé sa bosse. Passé par «The Voice» au Royaume-Uni, il a joué dans une série de la BBC avant de se lancer à 100% dans la musique. Avec succès. «Never Let Me Down» et «Fingertips», extraits de son premier album «Heaven In A World So Cold», sont parmi les meilleures ventes.

Vous avez commencé à 16 ans par «The Voice», où vous aviez été vite éliminé.

Tom Gregory: Oui, mais ça m'a donné force et motivation pour la suite. J'étais jeune et je m'étais produit devant les coaches will.i.am, Jessie J, Tom Jones et Danny, de The Script. Je n'ai donc jamais vécu ça comme un revers.

Puis vous avez essayé la comédie.

C'était par opportunisme. Quand on m'a proposé ce rôle, je n'avais pas de fric. C'était un moyen de financer ma carrière musicale, parce que c'est ça que j'ai toujours voulu faire.

Comment résumer votre premier album?

C'est l'histoire d'un gamin, moi, qui passe de l'adolescence à l'âge adulte. Les changements et les épreuves entre 18 et 24 ans sont immenses: premières amours, premières déprimes, premiers impôts à payer... Je voulais raconter comment devenir un homme. Ça a été facile, je n'ai eu qu'à écrire sur ma vie. Une excellente thérapie!

Quel est votre meilleur souvenir sur scène?

En novembre dernier, j'étais à l'affiche de l'Energy Star Night à Zurich avec The Script. Danny, le chanteur, m'avait recalé il y a huit ans à «The Voice» et là, je me retrouvais à jouer avant lui sur la même scène. J'avais eu envie de lui dire: «Tu vois, mec! Je l'ai fait!».

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.