Tate McRae

21 janvier 2021 08:11; Act: 21.01.2021 14:14 Print

«Être comparée à Billie Eilish, ça met la pression»

Tate McRae a explosé en 2020 avec le titre «You Broke Me First» qui cumule près d’un demi-milliard d’écoutes sur Spotify.

storybild

Tate a publié un nouveau single, «Rubberband», le 20 janvier 2021. (photo: DR)

Sur ce sujet
Une faute?

La jeune Canadienne de 17 ans est présentée comme une future grande de la pop. Tate McRae, qui continue de créer sa musique depuis chez elle, est toujours parmi les artistes les plus écoutés du pays avec «You Broke Me First», tube qui l’a révélée en 2020. Malgré son succès planétaire, elle garde les pieds sur terre.

Vous avez commencé votre carrière par la danse.
Oui. Cet art continue d’influencer énormément ma musique. Quand j’écoute une chanson, je peux directement imaginer une chorégraphie. Ce sont mes deux manières de m’exprimer. Danse et musique sont indissociables.

Votre réaction au succès de «You Broke Me First»?
C’est fou, hallucinant et irréel. J’ai de la peine à vraiment réaliser ce qui se passe autour de moi parce que je ne sors pas de chez moi à cause du virus. Je pense que je m’en rendrai compte le jour où je partirai en tournée.

Quelles sont vos inspirations?
Ma vie et les gens que j’observe autour de moi. Ce qui est bien plus compliqué maintenant, avec la pandémie, parce que je ne vois plus personne (rire).

Certains disent que vous êtes la réponse du Canada à Billie Eilish?
C’est supercool! Je suis une grande fan. Il paraît qu’elle est adorable. Je rêve de gagner autant de Grammies (NDLR: cinq en 2020) qu’elle. Ça met aussi la pression d’être comparée à elle. En plus, tout va si vite dans la musique aujour­d’hui, c’est dingue! Il en sort tout le temps, partout. J’essaie de publier un single chaque mois et de tourner les clips qui vont avec. Ce n’est pas forcément évident.

Quelle est votre recette pour durer dans ce métier?
Avancer pas à pas. La longévité est le plus important. Je veux construire quelque chose de solide en faisant la musique que j’aime. Il faut également savoir s’entourer, mais ça, c’est comme dans chaque business.

(L'essentiel/Fabien Eckert)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.