Musique

04 novembre 2019 09:00; Act: 04.11.2019 15:55 Print

Michael Kiwanuka manie la soul en maître

Le chanteur anglais a concocté un splendide et très attendu troisième album éponyme enrobé dans une belle voix soul.

storybild

Kiwanuka signe un album très personnel.

Sur ce sujet
Une faute?

Ample, élégant et engagé, le nouvel album de Michael Kiwanuka comble les attentes. Sobrement baptisé «Kiwanuka», ce 3e opus était une sortie attendue de novembre.

Le chanteur et guitariste de 32 ans a été comparé à des légendes comme Bill Withers, Otis Redding ou Marvin Gaye. Son titre «Cold Little Heart» a ravi les spectateurs de la série «Big Little Lies». C'est dire s'il était attendu au tournant.

Un joyau

Verdict, le troisième album du Londonien est une réussite. C'est un voyage de 50 minutes en quatorze titres à entreprendre d'une seule traite, confortablement installé, le casque aux oreilles. De riches compositions soul sont mâtinées de rock et de funk. La mélancolie des violons et du piano est transpercée d'éclaircies comme «Time is the healer».

Ce joyau, qui réussit à évoquer les seventies avec un son très contemporain, a été concocté avec un autre maître, le producteur Danger Mouse.

Un son d'où transpirent les origines ougandaises de Michael Kiwanuka. Il revendique ses racines à travers le mantra «You Ain't The Problem» («Tu n'es pas le problème»). Et lie les interrogations personnelles à l'universel avec des protest songs engagées contre le racisme et les inégalités. C'est le cas dans le superbe «Hero», qui évoque Fred Hampton, militant des Black Panthers, assassiné en 1969.

Michael Kiwanuka «Kiwanuka», disponible (Polydor).

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.