Carnet noir

13 mars 2019 07:11; Act: 13.03.2019 14:34 Print

La reine tchèque de la musique tzigane est morte

Vera Bila, 64 ans, une des chanteuses tchèques les plus connues à l'étranger, est décédée d'une crise cardiaque à Plzen, dans l'ouest de la Tchéquie.

Une faute?

En proie ces dernières années à de nombreux soucis de santé, la chanteuse avait été admise lundi soir aux urgences d'un hôpital de Plzen. «Malgré les efforts de réanimation immédiatement engagés, les médecins n'ont pas réussi à rétablir les fonctions vitales et la patiente est décédée», a déclaré la porte-parole de l'hôpital, Gabriela Levorova.

Devant Bill Clinton

Née en 1954 dans une famille de musiciens roms, Vera Bila se trouvait à l'apogée de sa carrière entre les XXe et XXIe siècles. Avec ses cheveux d'ébène, son teint sombre et son tour de taille imposant, elle ressemblait aux légendes féminines du blues américain de l'entre-deux-guerres.

Son répertoire était un mélange de musique tzigane d'Europe centrale et de pop des années 60. Dans ses chansons chantées en romani, tchèque et slovaque, elle n'hésitait pas à parler des hommes ou des femmes infidèles, de la misère, de l'alcool et de la prostitution.

«Toutes les qualités sauf le goût du travail»

Avec son groupe Kale, composé de ses cousins, elle s'est produite entre autres à l'Olympia de Paris, au Théâtre royal de Madrid, à l'Hollywood Bowl de Los Angeles mais aussi à la Maison-Blanche, devant le président américain Bill Clinton. En dépit de ses nombreux succès sur les plateaux, elle vivait ces dernières années dans la pauvreté, à la suite notamment de son addiction aux jeux d'argent.

Vera Bila était «l'un des plus grands talents chez nous, non seulement parmi les musiciens roms mais en général», a déclaré mardi, le critique musical praguois, Jiri Cerny. «Elle avait devant elle une carrière formidable, mais elle ne s'y intéressait malheureusement pas trop. Elle avait toutes les qualités, sauf une seule, mais terriblement importante: le goût du travail et la fiabilité», a-t-il témoigné.

(L'essentiel/afp)