Interview Cypress Hill

08 juillet 2019 18:10; Act: 09.07.2019 11:54 Print

«Proposer de l'inédit, en restant nous-​​mêmes»

ESCH-BELVAL - Groupe mythique de la scène rap californienne, Cypress Hill est à la Rockhal, mardi, dans le cadre de sa nouvelle tournée.

Sur ce sujet
Une faute?

«L’essentiel»: Vous avez effectué votre grand retour l’an dernier avec «Elephants on Acid». Quel effet cela fait-il?

Sen Dog (rappeur): C’est vraiment cool, c’est vrai que ça faisait longtemps. Nous sommes à nouveau sur les rails!

Huit années peuvent paraître une éternité dans l’industrie musicale. Mais Cypress Hill semble avoir son propre rythme. Oui, et au sein du groupe nous avons chacun nos propres projets, comme Powerflo en ce qui me concerne. Nous avons besoin de trouver du temps pour tout, c’est souvent une question de timing.

Ce neuvième album est celui du retour de DJ Muggs. Comment avez-vous travaillé sur ce nouvel opus?

Nous nous y sommes pris de différentes manières. Dans un premier temps, nous nous sommes tous réunis, puis nous l’avons laissé travailler. Lorsqu’il est revenu quelque temps après avec des compositions, on se retrouvait avec lui à tour de rôle, sans être tous ensemble. DJ Muggs change souvent de façon de produire, et cherche des choses différentes.

«Elephants on Acid» est un voyage psychédélique. Aviez-vous l’envie de proposer un album concept?

Oui, nous avions cette idée d’album concept, et depuis le début nous savions qu’il aurait cette couleur psychédélique. J’aime beaucoup ce côté étrange et différent.

Il y a plusieurs collaborations sur ce disque.

Gonjasufi apparait sur plusieurs morceaux, ainsi que les rappeurs égyptiens Alaa Fifty et Sadat. Lorsque nous voyageons, DJ Muggs rencontre les musiciens avec lesquels il souhaite collaborer. Nous sommes Cypress Hill, les rois de l’expérimentation. Et le hip-hop est universel, c’est la même culture, quel que soit le pays d’où l’on vient. Nous voulons faire passer ce message d’unité.

Comment se passe la tournée jusqu’ici? Tout se passe très bien, nous avons joué en Europe, en Amérique du nord, au Mexique. Et on attend la suite avec impatience.

À quoi peut-on s’attendre?

Nous commençons toujours par choisir quels titres nous allons jouer, en intégrant le plus possible de nouveaux morceaux à notre show. Je peux vous dire que «Elephants on Acid» sera bien représenté sur scène.

La donne a changé dans le hip-hop, mais vous êtes toujours là. Quel est le secret?

L’industrie musicale change tout le temps. Mais nous évoluons aussi et nous sommes capable de proposer des choses inédites, en restant nous-mêmes. C’est ce qui explique notre succès jusqu’ici.

Après avoir vendu plus de 20 millions de disques et obtenu votre étoile sur le Hollywood Walk of Fame, que vous reste-t-il à accomplir?

Beaucoup de choses: vendre davantage de disques, intégrer le Rock and Roll Hall of Fame, faire des tournées mondiales, sortir un nouvel album, sur lequel nous travaillons d'ailleurs déjà.

(Recueuilli par Cédric Botzung)