Culture

18 septembre 2020 13:56; Act: 18.09.2020 23:15 Print

Sur les traces de Kendrick Lamar, «icône» du hip-​​hop

«Kendrick Lamar, de Compton à la Maison-Blanche»: la première biographie en français sur la star du rap américain vient de sortir. Entretien avec son auteur.

storybild

Kendrick Lamar fait partie des rappeurs les plus doués de sa génération.

Sur ce sujet
Une faute?

«Icône générationnelle». Tel est le terme choisi par l'écrivain Nicolas Rogès pour qualifier Kendrick Lamar, premier rappeur à se voir décerner un Pulitzer, en 2018 pour son album «Damn.». Le jeune auteur originaire de Grenoble vient de publier «Kendrick Lamar, de Compton à la Maison-Blanche», la première biographie française sur la star du hip-hop américain. Sorti jeudi, l'ouvrage rencontre certains succès. Preuve que l'enfant de Compton fascine, au delà des États-Unis.

«J'ai toujours été très intéressé par la relation entre l'Histoire et la musique. Kendrick Lamar en est l'exemple parfait. En apparence, ses chansons sont dansantes et rythmées, mais il y a un deuxième niveau de lecture qui dépasse le cadre musical», explique l'auteur. Rappeur doué, l'artiste de 33 ans s'est en effet mué en porte-parole de la jeunesse des banlieues californiennes confrontées à la pauvreté, à la violence des gangs et aux brutalités policières.

Pour se faire une idée, Nicolas Rogès s'est rendu lui même à Compton, ville de 100 000 habitants au sud de Los Angeles, berceau du gangsta rap, qui a vu naître Kendrick Lamar en 1987. «En réalité, l'ouvrage est davantage un livre sur Kendrick Lamar qu'une biographie à proprement parler. Sur place, j'ai rencontré les personnes qui l'ont fréquenté, ses amis d'enfance. J'ai surtout découvert une ville loin des clichés». En phase de gentrification comme d'autres cités des grandes métropoles occidentales, Compton «n'est plus aussi violente qu'auparavant», assure l'auteur.

Sur place, le Français de 29 ans a pu se rendre compte de l'extrême popularité du rappeur de 33 ans, qui s'est produit une seule fois en concert au Luxembourg en 2013. «Tout le monde le connaît à Compton. Il y revient régulièrement. S'il se présentait au poste de maire, il pourrait gagner», illustre-t-il. Ses différentes rencontres lui ont surtout fait découvrir «un personnage complexe, habité par les doutes, parfois individualiste, mais attaché pour toujours à l'endroit qui l'a vu grandir».

Une star mystérieuse également qui ne communique quasiment pas sur les réseaux sociaux, ni sur sa vie privée. «C'est simple son label Top Dawg Entertainment est une forteresse. Personne ne sait quand il sortira son prochain album. Ça peut être dans deux mois, comme dans six ans...».

Dans ce contexte, une rencontre avec l'artiste en personne relevait de l'impossible. Devenu millionnaire grâce à ses multiples succès, Kendrick Lamar n'habite plus à Compton, mais dans une villa sur les hauteurs de Los Angeles. «Je suis certain qu'il est au courant de la sortie du livre. Un de ses amis les plus proches m'a promis qu'il lui enverrai un message pour le prévenir...», conclut Nicolas Rogès.

Voir cette publication sur Instagram

Sortie le 17 Septembre, partout en France, en librairie et en ligne /// 448 pages - Liens de précommande disponibles en bio. ️ La couverture est l’œuvre d'Anthony Lee Pittman (@anthnyxyz), artiste-peintre et muraliste originaire de Compton. II s’agit d’une illustration inédite, reflétant sa vision de Kendrick Lamar. ✍️ Écrit entre Compton, Watts et la France, au contact de l’entourage de Kendrick Lamar, de ses amis d’enfance et de ses collaborateurs, ce livre revient sur les jeunes années du rappeur et sur son ascension vers les plus hautes sphères de l’industrie du divertissement. Travail de terrain, tissé au fil de nombreuses interviews, il s’attarde également sur le parcours du label Top Dawg Entertainment (TDE) et de ses artistes, dont l’histoire a commencé modestement à l’arrière d’une maison familiale, avant de s’infiltrer dans les foyers du monde entier. Plus qu’un ouvrage sur Kendrick Lamar, c’est aussi le récit d’une ville, Compton, terre de fantasmes, et d’une génération ayant grandi dans la fournaise des ghettos de Los Angeles, marquée par le racisme institutionnalisé, les violences policières, le trafic de drogue et les guerres de gangs. De Compton à la Maison-Blanche, l’ascension du rappeur ressemble aux récits romanesques de l’American Dream, mais elle prend ses racines, avant les paillettes et les tapis rouges, dans la misère créée par un pays qui a systématiquement échoué à améliorer les conditions de vie de ses populations isolées. En décryptant des chansons et des albums pour les mettre en parallèle avec l’Histoire, des années vingt à nos jours, ce livre replace Kendrick Lamar dans la lignée de ses prédécesseurs, qu’il s’agisse de légendes du rap, de la soul et du jazz ou d’auteurs et d’activistes, dont il incarne une extension logique. Le tout dresse le portrait d’un artiste devenu, au fil des années, un symbole générationnel. ???? Livre publié chez @lemotetlereste et réalisé avec le soutien de la région @region_auvergnerhonealpes et du @le_cnl

Une publication partagée par Nicolas Roges (@nicolasroges) le

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.