Balthazar

22 novembre 2021 15:49; Act: 22.11.2021 16:40 Print

«Le coronavirus? C'était le sixième membre du groupe»

Très apprécié au Luxembourg et dans le reste de l'Europe, le groupe flamand Balthazar est de retour sur la scène de l'Atelier, mardi soir.

Sur ce sujet
Une faute?

L'essentiel: Comment vivez-vous ce retour sur scène?

Maarten Devoldere, Balthazar: Avec joie et bonheur! Je crois que nous avons pris tous ces moments pour acquis et que le confinement nous a rappelé que c’était un privilège de faire de la musique. Nous avons le plus beau métier du monde, et nous nous réjouissons de ressentir l’énergie de la foule. Et je sens qu’il y a quelque chose de différent, de plus rafraîchissant. Ce n’est que le début de la tournée, mais c’est cool!

Le nouvel album «Sand» est arrivé assez vite...

Pour tout vous dire, nous avons écrit les morceaux en tournée. On voulait se rendre en studio pour les enregistrer mais le confirment est intervenu, ce qui nous a obligés à travailler à distance. Ce n’était pas évident, mais cela nous a permis de développer de nouvelles idées, un nouveau son. Au final, le confinement nous a poussés dans nos retranchements et nous a amenés à être créatifs. Souvent je dis que le coronavirus a été le sixième membre du groupe (rires).

Quelles ont été vos inspirations?

Je crois que ce disque est plus groovy, plus soulful. Nous avons écouté beaucoup de soul et de «black music» en général. Des artistes comme Curtis Mayfield par exemple. Pour le reste, nous n’avons pas écouté beaucoup de titres récents. À part Nick Cave, je suis un grand fan!

Faut-il toujours proposer de nouveaux concepts?

Faire un album différent? Cela arrive automatiquement. On entend une nouveauté à la radio, cela nous inspire et nous donne envie d’essayer de nouvelles choses. Mais ce n’est pas quelque chose que nous calculons. On se lance dans un nouveau projet et on voit où cela nous mène…

Vous êtes bien établis en Europe, et chantez en anglais. Pourquoi ne pas viser le marché américain?

Il y a eu quelques dates aux États-Unis mais, il faudrait tourner la moitié de l’année pour pouvoir percer là-bas. Cela ne nous branche pas. On préfère se concentrer sur l’Europe.

Allez-vous participer à de grands festivals en 2022?

C’est prévu, mais je ne peux pas encore vous confirmer lesquels. J’espère en tout cas!

Quel futur pour Balthazar?

Continuer à faire des albums, les partager avec les gens. On s’amuse tellement en tant que groupe! Des rêves? En réalité, nous n’en avons pas tant que cela. Nous sommes déjà allés au-delà de nos espérances. Notre carrière est une réussite et nous n’avons pas de but précis à atteindre. La vie est belle, il faut apprendre à être heureux avec ce que l’on a.

(Recueilli par Thomas Holzer/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.