Londres

06 avril 2018 20:53; Act: 06.04.2018 20:57 Print

Dua Lipa exploite tout le potentiel de son hit

Une version en français du tube «IDGAF» de la Londonienne est attendue sous peu.

storybild

L'artiste, 22 ans, a remporté deux Brit Awards en février 2018.

Sur ce sujet

La chanteuse britannique fait un tabac planétaire avec «IDGAF». Son titre, acronyme d'«I Don't Give A Fuck» (en français «J'en ai rien à foutre»), figure parmi les trois singles les plus écoutés sur Spotify et Apple Music en Indonésie, aux Philippines et à Oman. En Australie, il pointe à la 8e place sur iTunes.

Personne ne doute qu'il devrait gagner quelques rangs ces prochaines semaines, boosté par le filtre «IDGAF» qu'a récemment lancé Dua Lipa sur Snapchat. En outre, le titre bénéficiera de la sortie d'une nouvelle version... en français. Que l'on se rassure (ou pas), ce n'est pas la Britannique qui chantera dans la langue de Molière, mais Maître Gims. Un court enregistrement audio de leur inattendue réinterprétation en duo circule sur la toile. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle est taillée pour devenir un tube.

Pour l'heure, on ne connaît pas les coulisses de cette collaboration entre la chanteuse aux racines kosovares et le rappeur parisien. Rien n'a filtré non plus sur la possibilité que Dua Lipa ait enregistré des duos avec d'autres stars. On se souvient que la belle avait fait le buzz lors d'un live à Los Angeles, en février 2018, en interprétant son hit avec Charli XCX, Zara Larsson, Alma et MØ.

(L'essentiel/jde)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.