Concert à l'Atelier

26 janvier 2017 09:00; Act: 26.01.2017 14:18 Print

«Je suis revenu au pays de Divine Comedy»

LUXEMBOURG - Le musicien Neil Hannon, de The Divine Comedy, revient avec un nouvel album de pop orchestrale. Il sera cette fois avec ses musiciens vendredi soir à l'Atelier.

Une faute?

L’essentiel: Six ans depuis «Bang Goes The Knighthood». Aviez-vous besoin de temps pour composer?

Neil Hannon: Pas forcément. En fait, je ne voulais rien sortir avant d’être convaincu que c’était bon. J’ai composé 25 chansons, et cela a pris du temps pour choisir celles qui seraient sur l’album. Il existe d’ailleurs une version avec un CD bonus. Et je travaille actuellement sur le prochain album, qui est déjà presque terminé.

Est-ce l’amour qui a inspiré «Foreverland»?

Le couple est au cœur du disque. Je suppose que c’est assez autobiographique, disons à propos des six ou sept années passées avec ma moitié. Mais il y a également beaucoup d’autres sources d’inspiration.

Vous aviez envie d’un album synthpop au départ.

Oui, c’est une musique qui m’a toujours intéressé, surtout la période 1978-1982, avec Human League, OMD, Soft Cell, Japan. Quand je suis parti dans cette direction, je ne savais pas ce que ça donnerait. Je me suis amusé quelques mois avec mes machines. Des chansons comme «My Happy Place» ou «To The Rescue» sont ainsi nées. Puis, je me suis remis au piano et à la guitare, et je suis finalement revenu au pays de Divine Comedy.

«Foreverland» est-il votre album le plus varié?

Il y a pas mal d’influences différentes, mais je crois qu’un disque comme «Liberation» était encore plus varié. En tout cas, ces influences se combinent plutôt bien, selon moi.

Vous étiez chroniqueur urbain sur «Bang Goes The Knighthood», et vous vivez désormais à la campagne…

Je viens de la campagne. J’ai vécu à Londres et à Dublin, mais je ne suis pas vraiment urbain. En vivant à la campagne, je vois et je parle à des gens, comme je l’ai toujours fait. Je suis plus sociable.

Vous vivez et travaillez avec une artiste, qui chante d’ailleurs sur «Funny Peculiar». Pourriez-vous faire un disque ensemble?

Nous pourrions, mais je ne pense pas que nous le ferons (rires). En fait, nous admirons chacun le travail de l’autre, mais ce n’est pas évident de les combiner. Mais peut-être que je me trompe…

Sur la dernière tournée, vous étiez seul sur scène. Serez-vous accompagné de musiciens cette fois?

Oui, le groupe est de retour, et ça fait vraiment du bien d’être entouré. D’autant que nous pouvons jouer toutes les parties orchestrales.

À quoi peuvent s’attendre vos fans?

À ce que je dise des choses stupides, et à ce que j’oublie une partie des paroles (rires). Étant donné que j’ai sorti onze albums, nous jouerons pas mal de titres, environ 26 ou 27 je pense. Je suis déjà fatigué rien que d'y penser!

    The Divine Comedy. Vendredi, 20h, à l’Atelier, à Luxembourg-Ville. Entrée: 31 euros.

(Propos recueillis par Cédric Botzung)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.