Super Bowl

05 février 2018 07:24; Act: 05.02.2018 09:59 Print

Justin Timberlake a rendu hommage à Prince

L'Américain a proposé une reprise de chansons de Prince, à la mi-temps du Super Bowl. L'événement se déroulait d'ailleurs à Minneapolis, la ville du chanteur décédé.

Sur ce sujet

Le chanteur américain Justin Timberlake a rendu hommage à Prince, dimanche, lors de sa prestation à la mi-temps du Super Bowl, qui se déroulait dans la ville de l'artiste décédé en avril 2016. Comme chaque année, le miniconcert du Super Bowl était très attendu, avec des moyens très importants déployés par la ligue professionnelle de football américain NFL, qui veut faire de sa finale un vrai show.

Convié pour la troisième fois, un record, Justin Timberlake a effectué une prestation très maîtrisée, conclue dans le public par un selfie avec un jeune fan. À mi-parcours de son spectacle, il s'est installé au piano, alors que se déployait une immense banderole au milieu du terrain. Est alors apparue, projetée sur la toile, l'image de Prince, à mesure que retentissaient les notes de l'un de ses grands succès, «I Would Die 4 U». «C'est pour vous, Minneapolis!», a crié Justin Timberlake, avant de se lancer dans un duo virtuel avec l'enfant de la ville.

Grands succès revisités

Près de deux ans après la mort de Prince, les rumeurs les plus folles avaient circulé à quelques heures du concert de la mi-temps. Le site TMZ avait évoqué l'utilisation d'un hologramme du chanteur défunt, rumeur démentie par Sheila E., ancienne grande complice de Prince. D'autres rumeurs évoquaient la présence du groupe The Revolution, qui accompagna le Kid de Minneapolis durant quelques-unes de ses meilleures années.

Pour le reste, Justin Timberlake a proposé un pot-pourri de ses plus grands succès, de «Rock Your Body» à «Can't Stop the Feeling», en passant par «SexyBack», «My Love» ou le tout récent «Filthy». Le chanteur de 37 ans vient, en effet, de sortir vendredi son cinquième album, «Man of the Woods». L'opus reprend les ingrédients qui ont fait la gloire du natif de Memphis, avec une tonalité plus introspective néanmoins. Aucun incident n'est venu émailler, dimanche, le concert du Super Bowl, un passage qui tenait de la rédemption pour Justin Timberlake, 14 ans après le scandale du «nipplegate». Alors qu'il interprétait un duo avec Janet Jackson, le 1er février 2004, il avait arraché, en direct, un bonnet de soutien-gorge de la chanteuse, révélant un sein et choquant tout un pays.

Justin Timberlake s'est prêté au jeu du selfie avec un fan.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.