Nouvel album

08 mars 2018 09:00; Act: 08.03.2018 16:02 Print

Le surdoué Steven Wilson s’offre une parenthèse pop

Le talentueux musicien britannique, parrain de la scène progressive, a sorti «To the Bone», son cinquième album solo, l’été dernier. Son disque le plus pop.

Steven Wilson n’a plus grand-chose à prouver. Roi de la scène progressive rock avec Porcupine Tree, groupe avec lequel il a sorti une dizaine d’albums depuis sa création en 1988, le musicien britannique s’est ensuite lancé en solo, en 2009, avec un premier album sous son propre nom, «Insurgentes». Quatre autres disques suivront, «Grace for Drowning» (2011), «The Raven That Refused to Sing (And Other Stories)» (2013), «Hand. Cannot. Erase.» (2015) et «To the Bone», paru à la fin de l’été dernier.

Sur ce cinquième opus, Steven Wilson délaisse quelque peu les rivages du prog pour puiser son inspiration dans certains disques pop majeurs de sa jeunesse, de «So», de Peter Gabriel, à «Hounds of Love», de Kate Bush, en passant par «The Colour of Spring», de Talk Talk, ou encore «The Seeds of Love», de Tears for Fears.

Un choix sincère pour ce multi-instrumentiste ultra talentueux, dont les remasters sont aussi très prisés. Et un choix gagnant, puisque l’album «To the Bone» s’est classé troisième dans les charts britanniques. Un artiste à voir sur scène.

• Steven Wilson. Samedi, 20h30, à la Rockhal, à Esch-Belval. Entrée: 35/46 euros

(Cédric Botzung/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.