Concert au Luxembourg

10 novembre 2017 23:26; Act: 11.11.2017 10:21 Print

5 000 fans révoltés sur les sons de Rise Against

ESCH-BELVAL - Le groupe de punk américain a sonné l'heure de la révolte et livré un show très intense, vendredi soir à la Rockhal, devant près de 5 000 fans.

Voir le diaporama en grand »

  • par e-mail
Sur ce sujet

Si les punks des années 70 crachaient leur «No Future» au visage de l'Angleterre de Thatcher, ceux du groupe Rise Against s'inscrivent plutôt dans une mouvance «straight edge», avec des modes de vie écologistes et végétaliens. Mais ils n'ont pas moins la rage pour autant.

Héritiers du hardcore de Black Flag et du punk mélodique de Bad Religion, la bande emmenée par Tim McIlrath a balancé son cocktail explosif, vendredi soir à la Rockhal. La recette, basée sur le rythme 4/4, lourd et sec, une grosse énergie et des mélodies omniprésentes, est bien connue, mais fonctionne toujours.

Combo de ballades acoustiques

Rise Against a ainsi comblé les 5 000 fans présents en interprétant ses titres majeurs, de «Chamber the Cartridge» en ouverture aux récents «The Violence» et «Wolves» en passant par «Prayer of the Refugee». La mélodie restait très présente, à l'image du morceau «House on Fire».

Tim offrait même un émouvant combo de ballades acoustiques «Swing Life Away»/«People Live Here»/«A Hero of War». Brûlot anti-militariste, cette dernière était reprise en chœur. Pas de doute, la formation de Chicago répond toujours présente lorsqu'il s'agit d'envoyer les riffs, et surtout d'élever les consciences.

(Cédric Botzung/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.