Festival Zeltik

08 mars 2018 09:00; Act: 08.03.2018 11:07 Print

«Un hommage aux Pogues dont nous sommes fans»

DUDELANGE - Avec leur show en hommage aux Pogues, les membres du groupe The Rapparees seront l’une des attractions de la 21e édition du Zeltik, samedi.

Sur ce sujet

«L’essentiel»: Comment sont nés The Rapparees?

Joe: Nous avons formé The Rapparees il y a presque quinze ans. Nous avons commencé à jouer dans les bars et les clubs de Belfast. Après la sortie de notre premier album, nous avons joué plus loin. On se connaît depuis tout jeunes, et nous jouons de la musique. C’est du bonus pour nous.

Vous jouez de la musique irlandaise traditionnelle et aussi vos compositions.

Nous avons fondé le groupe là-dessus, reprendre les classiques et proposer nos propres chansons. Nous essayons depuis le début de trouver le bon équilibre entre les deux. Nous avons sorti trois albums et travaillons sur le prochain. Nous avons toujours été de grands fans des Dubliners et des Pogues. Nous voulions leur rendre hommage. Et nous avons monté un concert hommage aux Pogues pour Noël.

C’est ce que va découvrir le public luxembourgeois?

Oui. D’ailleurs, nous serons dans une plus grosse configuration, avec deux fois plus de musiciens, une section cuivre, un batteur ainsi que d’autres musiciens. Nous sommes déjà venus deux fois, mais ce sera une première avec ce show.

Comment expliquer le succès des musiques celtiques?

Les chansons abordent des choses que tout un chacun peut expérimenter. Cette musique folk vient du cœur.

• Zeltik. Samedi, 18h, Hall sportif LNBD, à Dudelange. Entrée: 20/25 euros.

(Propos recueillis par Cédric Botzung)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.