Vieux tubes

08 janvier 2018 09:11; Act: 08.01.2018 09:35 Print

Ces chansons sont jouées depuis (déjà) 10 ans

Ces refrains entêtants réapparaissent régulièrement dans nos playlists. Cela fichera peut-être un coup de vieux à certains, mais ils célèbrent leur décennie.

storybild

Entre Beyoncé et Jason Mraz, Katy Perry aussi a eu son moment de gloire avec «I Kissed A Girl». (photo: AFP)

Sur ce sujet

Il y a des refrains qu’on n'oublie pas. Ceux sur lesquels on dansait durant nos premières sorties en boîte ou encore ceux qu’on écoutait après notre première rupture. Mais voilà, ces chansons fêtent leurs 10 ans en 2018. Petit tour d'horizon.

En octobre 2008, beaucoup se sont trémoussé sur «Single Ladies», de Beyoncé. Ah! L’insouciance, les bras en l’air en boîte au moment où Queen B fredonnait «Now put your hands up».

Tout le monde se rappelle de «Just Dance», de Lady Gaga. Sans oublier l'espèce d'éclair bleu, collé sur le visage de la chanteuse. Cela rappelle un peu David Bowie, non?

«Disturbia», de Rihanna, rappelle l’époque où la chanteuse avait les cheveux courts et surtout où elle était en mode chelou... que de souvenirs! Dans le clip, la belle porte des cuissardes en cuir. Les pompes que toutes les fashionistas portent aujourd’hui en somme. Elle avait déjà de l’avance sur son temps.

On a toutes écouté la ballade «I'm yours», de Jason Mraz en pensant à notre amour d’été, croyant que ça allait durer. Mais cette idylle s’est terminée aussi vite qu’elle avait commencé. Oh mais Jason Mraz lui, est resté bien au chaud dans la playlist.

Qu'est devenue la petite Estelle, auteur d'«American Boy»? Et mise à part cette question existentielle, il en reste une autre encore plus fondamentale que personne ne s’était encore posée jusqu’à maintenant: que fout John Legend dans ce clip?! C’est lui qui a écrit le morceau. Décidément on en apprend tous les jours.

«When I grow up», des Pussycat Dolls, c'est le bon vieux temps du «cagoles power»… Avec les effets ultra kitsch des images. Mais voyons le bon côté des choses: c'était quand même bien marrant.

(L'essentiel/Valentina San Martin)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.