Fête de la musique

16 juin 2013 11:14; Act: 16.06.2013 13:19 Print

De la musique et quelques faits divers

DUDELANGE - La Fête de la musique a commencé vendredi, mais le réel coup d'envoi a été donné samedi soir à Dudelange. Une fête qui s'est terminée de manière un peu mouvementée pour la police.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

Plusieurs milliers de personnes ont assisté étaient à Dudelange samedi soir, sur la place de l'Hôtel de ville, mais aussi dans toutes les autres rues du centre. Et pour cause, la ville fêtait sa 20e participation à la Fête de la musique. Et la musique et Dudelange c'est une longue histoire d'amour. La ville a été la première du Grand-Duché à organiser la Fête de la musique en 1993. Et cela alors que le pays n'y a officiellement participé qu'à partir de l'an 2000.

Alors même si le coup d'envoi des festivités musicales a été donné vendredi soir dans de nombreuses villes du pays c'est là qu'il fallait être samedi soir. Guillaume et Stéphanie ont d'ailleurs fait un petit saut à Dudelange pour l'occasion.

La soirée était festive mais comme souvent dans ce genre d’événement la police a eu fort à faire. Vers 23h50, place de l’Hôtel de Ville, un homme s'est pris un coup de couteau dans les fesses. L'agresseur en voulait à son argent. Plus tard, vers 00h30 rue du commerce, une femme s'est fait voler son sac à main par un homme qui l'a frappée à l'estomac. Quelques minutes plus tard, rue Gaffelt, un homme recherché se faisait arrêter avec deux boules de cocaïne sur lui. Enfin vers 2h du matin, rue Marx, un patient ivre (et chamboulé par une peine de cœur) a donné des coups dans une ambulance. La police l'a alors arrêté et emmené au poste.

(FR/L'essentiel Online)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).