Billie Eilish

26 février 2019 19:57; Act: 27.02.2019 11:27 Print

Elle a été inspirée par ses nuits cauchemardesques

La révélation Billie Eilish évoquera ses troubles neurologiques dans son premier album, à paraître le 29 mars 2019.

storybild

L'Américaine est en tournée. Elle sera à voir sur scène le 22 août 2019, au Zurich Openair. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

En novembre 2018, la Californienne avait révélé à ses fans sur Instagram qu'elle souffrait du syndrome de Gilles de La Tourette, qui se manifeste par de brusques tics. Comme si cela ne suffisait pas, la chanteuse de 17 ans qui aligne les tubes («Lovely», «When the Party's Over», «Bellyache» et dernièrement «Bury a Friend») a avoué qu'elle était aussi victime d'angoissants troubles du sommeil.

Répondant à Zane Lowe au micro de Beats 1, Billie Eilish a parlé sans tabou de ce mal qui la ronge, et dont traitera son futur album: «Il racontera ce qui se passe quand je m'endors. Dans toutes mes chansons, il y aura des références à la paralysie du sommeil, aux cauchemars et aux rêves lucides».

La révélation pop a poursuivi en décrivant à quel point ses nuits peuvent être étranges: «J'ai eu des terreurs nocturnes effroyables. J'ai vécu la paralysie du sommeil à cinq reprises». L'Américaine s'est dite également perturbée par l'expérience de plusieurs rêves lucides: «Je sais que je rêve ce que je rêve. C'est vraiment trop bizarre. Tout comme il m'arrive souvent de vivre le lendemain la même chose que j'ai vécue durant mon sommeil».

Le premier album de Billie Eilish était attendu pour la fin de l'année 2018. Pour des raisons qui restent mystérieuses, la sortie de «When We All Fall Asleep, Where Do We Go?» a finalement été repoussée au 29 mars 2019.

(L'essentiel/jde)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.