Flume

09 avril 2020 07:37; Act: 09.04.2020 12:47 Print

Il a dû faire une pause pour soigner sa santé mentale

Star de la future bass, Flume va sortir un nouvel album en 2020, le premier depuis quatre ans.

storybild

Flume a été signé par un label en 2011, après avoir participé à un concours pour producteurs en herbe. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Les fans de Flume sont aux anges. Le DJ et producteur de Sydney leur a promis, dans l'émission «My Friend Podcast» de sa petite amie, Paige Elkington, un nouveau disque dans les mois qui viennent. C'est peu dire que celui-ci est très attendu, après la sortie en mars 2020 du très prometteur «The Difference», single réalisé en collaboration avec Toro Y Moi. Et surtout aussi parce que Harley Streten, de son vrai nom, n'a plus sorti d'album original depuis «Skin» en 2016.

Il faut dire que l'Australien, après avoir fait souffler un vent de fraîcheur sur la scène électronique au début des années 2010 et avoir été invité à jouer dans les plus grands événements autour du globe, a traversé une très mauvaise passe, ces dernières années. Dans le podcast, il a confié que l'enchaînement effréné des tournées avait atteint sa santé mentale. «J'ai peur du public. Je consommais beaucoup d'alcool pour être à l'aise sur scène, pour ne pas être tétanisé par l'anxiété. Boire autant m'a conduit chez le psy. La première chose que je lui ai dite, c'est que je détestais mon travail», a-t-il raconté.

Sa thérapie et «des antidépresseurs incroyablement efficaces sur l'anxiété» lui ont permis de remonter la pente. Aujourd'hui, il ne boit plus une goutte avant un show et assure qu'il se sent beaucoup mieux dans son costume d'artiste. «Je ressens toujours un peu d'inquiétude avant de me produire, mais c'est désormais gérable».

Croisons les doigts! Sauf annulation due à la pandémie, la star de la future bass, 28 ans, sera en tournée à partir du mois de juin 2020.

(L'essentiel/jde)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.