Musique

10 avril 2020 07:27; Act: 10.04.2020 11:03 Print

Il y a 50 ans, l'interview qui divisait les Beatles

Ils ont brisé des millions de cœurs en se séparant au début des années 1970: un demi-siècle plus tard, les Beatles n'ont rien perdu de leur popularité.

storybild

Le 10 avril 1970 est à jamais marqué d'une pierre noire pour les fans du groupe. (photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

10 avril 1970, jour fatidique de la rupture: Paul McCartney annonce indirectement que les «Fab Four» n'enregistreraient plus rien ensemble. «Les Beatles sont considérés comme la plus fabuleuse aventure du XXe siècle, mais personne n'aurait pu prévoir qu'un succès déjà aussi extraordinaire allait se prolonger au siècle suivant», dit à l'AFP Mark Lewisohn, historien du groupe. «50 ans après leur séparation, les Beatles restent indépassables artistiquement, et poussent les créateurs à repousser les limites», souligne l'auteur de «The Beatles: All These Years».

Le 10 avril 1970 est à jamais marqué d'une pierre noire pour les fans du groupe: ce jour-là parut une interview de Paul dans laquelle il suggérait que les Beatles allaient cesser de travailler ensemble, juste avant la sortie de son premier album solo. Sans aller jusqu'à annoncer clairement la fin du groupe, Paul, interrogé sur la reprise de sa collaboration avec le non moins légendaire John Lennon, dans un avenir prévisible, répondait sèchement «non».

«Le charme est indestructible»

«McCartney rompt avec les Beatles», titrait alors le New York Times. La dissolution de leur liens d'affaires un peu plus tard devant un tribunal britannique scellait définitivement la fin du groupe. Le divorce laissa des fans inconsolables, se souvient Philip Norman, auteur de la biographie officielle de Paul McCartney parue en 2016. «Toute une génération avait grandi avec les Beatles... Ils avaient eu droit à un nouvel album des Beatles à chaque étape importante de leur vie», souligne-t-il.

«Beaucoup de gens pensaient, c'est affreux! c'est moche de vivre sans eux. C'était vraiment un sentiment dominant». Des décennies plus tard, ils restent les artistes les plus vendus de tous les temps, avec un catalogue toujours aussi populaire. «Ils sont partout», souligne Norman. «Dans le langage courant, dans les titres des médias... on les cite sans arrêt et on joue toujours leur musique (...) Le charme est indestructible».

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Incontournables le 10.04.2020 10:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il y a des gens comme ça, Elvis, Hendrix, Jacko, et donc les Beatles, on peut les adorer comme on peut les détester de toute façon ils sont devenus intemporels. C'est réglé, comme disait Piaf. Ils seront éternellement l'une des rares composantes spirituelles de nos misérables existences terrestres. Au moins un bienfait que nous aura apporté la mondialisation. Pas comme certain virus.

Les derniers commentaires

  • Incontournables le 10.04.2020 10:51 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Il y a des gens comme ça, Elvis, Hendrix, Jacko, et donc les Beatles, on peut les adorer comme on peut les détester de toute façon ils sont devenus intemporels. C'est réglé, comme disait Piaf. Ils seront éternellement l'une des rares composantes spirituelles de nos misérables existences terrestres. Au moins un bienfait que nous aura apporté la mondialisation. Pas comme certain virus.