Musique au Luxembourg

27 juin 2019 09:00; Act: 27.06.2019 10:25 Print

«Je prends du plaisir sur des titres plus sérieux»

Metronomy sera tête d'affiche du troisième Siren's Call, qui accueille douze groupes. Rencontre avec le leader du groupe.

Sur ce sujet
Une faute?

L'essentiel: Vous avez dévoilé deux nouveaux titres assez différents.

Joseph Mount: Pour moi, c'est du Metronomy. Je prends du plaisir sur des titres un peu plus sérieux, car ce n'est plus honteux pour moi. L'idée est à la fois de s'amuser, en étant sérieux.

Vous avez réalisé les deux vidéos. D’où vous sont venues les idées pour ces clips?

J’ai beaucoup pensé aux clips des années 1990, à leur simplicité. Le groupe se mettait souvent en scène, et c’est une bonne chose, les gens ont envie de voir le groupe. Dans «Lately», nous apparaissons en format miniature. La chanson et la vidéo parlent de grandir. L’influence de réalisateurs comme Michel Gondry ou Spike Jonze est très présente, ce sont des icônes générationnelles.

«Metronomy Forever» sortira en septembre. Pouvez-vous nous parler un peu de ce sixième album?

C'est un disque assez long, qui contiendra 17 morceaux. Quand je travaillais sur l'album de Robyn, je l'avais déjà en tête, comme un disque jumeau. Mais j'avais besoin de perspective, car à la fin je n'arrivais plus à les séparer. Il n'y a pas d'invités à proprement parler sur le disque, mais Mr Oizo a coproduit un titre.

La scène «Madchester» fut-elle une des influences?

Oui, même si je ne l'avais pas réalisé car je n'ai pas beaucoup de connexions avec cette scène. Mais il y a une certaine confiance qui se dégageait chez les groupes de cette époque, une attitude cool. Et le fait de mélanger rock et culture club, tout cela m'a inspiré, oui.

Comment votre songwriting a-t-il évolué?

Au départ, je fais toujours les choses de mon côté, c’est ainsi que Metronomy fonctionne. Même si je reçois parfois du soutien dans le processus. Puis le groupe intervient en studio. «Love Letters» sonnait beaucoup plus live, là où «Metronomy Forever» est davantage un disque de studio.

Vous avez débuté les festivals et vous serez tête d'affiche du Siren's Call. À quoi peut-on s'attendre?

Cela dépend de la durée du set, en fonction des festivals. Nous devrions jouer cinq nouveaux morceaux, mais les gens apprécient également les anciens, il nous faut trouver le bon équilibre.

Metronomy est sur les rails depuis plus de 15 ans. Quel regard portez-vous sur ces années?

Je suis très fier et heureux de ce parcours. Ce n’est pas une aventure commune. Et elle va continuer tant que les gens nous suivent.

(Recueilli par Cédric Botzung/L'essentiel)