Festival au Canada

15 juin 2015 16:27; Act: 15.06.2015 16:43 Print

La famille Chedid électrise les FrancoFolies

Les quatre Chedid, le père Louis et ses trois enfants Matthieu, Anna et Joseph, ont ravi le public du festival de Montréal, avec un répertoire tiré des quatre musiciens interprètes.

Sur ce sujet
Une faute?

Si Louis par sa décontraction naturelle a donné une touche d'humour, c'est Matthieu ou «M» à la scène qui a largement contribué à garder une salle debout, descendant guitare en mains au beau milieu du chaud public montréalais pour son célèbre «Qui de nous deux». Pendant 2h15 de concert, les quatre Chedid ont alterné les instruments et les mélodies, avec la voix pure et chaude de la dernière Anna Chedid qui se produira en solo mardi, toujours dans le cadre de la 27è édition des FrancoFolies de Montréal.

Pour Matthieu, ce type d'expérience familiale «dépasse le concert traditionnel» avec «des émotions» particulières surtout à l'évocation des autres membres de la famille, comme sa mère Marianne, ou sa grand-mère Andrée, et les chansons dédiées «Baïa» ou «Délivre». Son père Louis, en conférence de presse à la veille du concert, avait rappelé l'objectif de cette association, celle de «mélanger nos répertoires respectifs et que chacun chante les chansons des autres».

Une grande générosité sur scène

Anna, ou «Nach» à la scène, et son frère Joseph alias «Selim» apportent une fraîcheur et une rythmique plus enlevée à des titres phares de leur père ou de Matthieu. Si Louis et son fils Matthieu travaillent ensemble depuis plusieurs années, Anna et Joseph ont commencé «avec leur propre projet» avant que les quatre décident la fusion.

C'est sur le succès de Louis Chedid «Anne, ma sœur Anne» que les quatre dégagent une belle émotion. L'alchimie fonctionne car, selon Anna, «il y a un équilibre qui se fait entre les quatre, même si nous avons avec Joseph moins d'expérience». «La poésie est partagée par tous» et «ce n'est pas évident de faire sa route dans sa vie d'artiste» au sein d'une grande famille, a souligné son frère Joseph, qui reste le plus réservé face aux médias mais dégage une grande générosité sur scène.

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.