Sortie musicale

28 mai 2021 16:44; Act: 28.05.2021 17:03 Print

La rédemption posthume du rappeur DMX

Avant sa mort à 50 ans, début avril, le rappeur DMX se préparait à relancer sa carrière en sortant son premier album studio, depuis près de 10 ans.

Sur ce sujet
Une faute?

Intitulé «Exodus», l'album sorti ce vendredi chez Def Jam Recordings - près de deux mois après sa mort dans un hôpital de la banlieue new-yorkaise des suites d'un infarctus - laisse transparaître comme un sentiment de rédemption tout au long de ses treize titres.

Ce huitième album officiel du rappeur né Earl Simmons, devenu célèbre à la fin des années 90, est jalonné d'apparitions de vedettes du hip hop, dont Jay-Z, Nas et Snoop Dogg, avec aussi des incursions d'Alicia Keys, Usher et Bono.

Avec les célèbres aboiements de DMX plus féroces que jamais, le style brut et dur du rappeur parmi les plus sombres de l'histoire est au rendez-vous, notamment sur les titres «That's My Dog», «Hood Blues» ou «Bath Salts».

Mais sa sensibilité poétique et sa vulnérabilité sont présentes aussi, notamment sur «Hold Me Down», accompagné d'un fervent piano. Dans «Letter to My Son», celui qui était le père de quinze enfants évoque ses douleurs intérieures et sa vie agitée au son d'un émouvant violon.

«Il aimait ses fans au-delà de toute mesure»

C'est Swizz Beatz, ami de longue date et producteur de DMX, qui a mené à son terme cet album posthume. «Mon frère X était une des âmes les plus pures que j'ai jamais rencontrées. Il a consacré sa vie à la musique et à sa famille», avait déclaré Swizz Beatz, avant la sortie de l'album. «Surtout, il donnait généreusement et aimait ses fans au-delà de toute mesure», a-t-il ajouté.

La mort de DMX, après une semaine de coma dans un hopital new-yorkais, avait suscité une série d'hommages, plusieurs semaines durant, surtout dans son New York natal. Beaucoup de ses fans avaient cité sa volonté de parler ouvertement de ses problèmes personnels parmi les raisons de leur admiration.

Le rappeur avait connu une enfance et jeunesse difficile, avec des problèmes de drogue dès 14 ans et de multiples séjours en prison. «Cet album, X était impatient que ses fans puissent l'écouter, pour leur montrer combien il estimait toutes les personnes qui l'avaient soutenu inconditionnellement», a indiqué Swizz Beatz.

(L'essentiel/afp)