Ibrahim Maalouf à l'Atelier

18 octobre 2019 10:00; Act: 17.10.2019 17:40 Print

«Le jazz est globalement en plein boom»

LUXEMBOURG - Le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf sera sur la scène de l'Atelier, dimanche soir. «L'essentiel» a parlé au jazzman.

Sur ce sujet
Une faute?

«L’essentiel»: Que vouliez-vous évoquer avec le titre de votre onzième album, «S3ns»?

Ibrahim Maalouf: C’est toujours compliqué d’expliquer les titres d’un album. Surtout en ce qui concerne la musique instrumentale, car c’est un peu plus poétique ou philosophique. Les différentes significations du mot «sens» m’ont inspiré cet album, en grande partie. Les albums studio sont comme une empreinte indélébile de l’époque dans laquelle on vit.

Votre musique a toujours été largement métissée. Cette fois vous souhaitiez rentre un hommage particulier à la musique latine et afro-cubaine?

En fait, je vis avec la culture sud-américaine depuis très longtemps dans ma famille. Ma sœur est par exemple d’origine libanaise et chilienne. On vit dedans, ça fait partie de ma culture. À la maison, tout le monde parle espagnol, sauf moi (rires). J’ai aussi collaboré avec le chanteur chilien Angel Parra, avec Lhasa de Sela, je travaille avec des musiciens cubains depuis des années. Il y avait quelque chose de logique, même si je n’avais encore jamais trop osé aller dans cette direction-là.

Le disque a été enregistré en compagnie de quinze musiciens. Étaient-ce les mêmes que d’habitude ou vous changez?

Un peu les deux, car il y a mon équipe historique, des musiciens avec lesquels je joue depuis une douzaine d’années, et puis il y a les nouveaux. Sur ce disque, il y a aussi beaucoup d’invités cubains, les pianistes Roberto Fonseca et Harold Lopez-Nussa, ou la violoniste et chanteuse Yilian Canizares.

Vous utilisez davantage le sampling sur ce disque...

En fait, il y a deux extraits de discours. L’un de Barack Obama («Una Rosa Blanca») et l’autre de Salvator Allende («Radio Magallanes»). Ce sont deux discours qui ont une importance particulière dans l’histoire. On devrait s’en inspirer, ce sont des hommages à la notion de résilience qui est au cœur de cet album. Ils reflètent le meilleur dont est capable l’être humain.

Vous venez jouer à l’Atelier, dans une ambiance plutôt intimiste. Avez-vous une préférence pour ce type de scènes?

Je n’ai pas vraiment de préférence, chaque salle a son âme et chaque lieu peut être vécu intimement, même dans un stade. Le plus important est que le son soit bon, et je travaille avec le même ingénieur du son depuis plus de quinze ans.

Quelle sera la configuration scénique dimanche?

Nous sommes une quinzaine de musiciens sur scène. J’aime les projets avec du monde, j’aime l’aspect orchestral de par ma formation classique. Je n’aime pas être seul sur scène. Le public retrouvera le côté festif de l’album.

Vous avez déjà collaboré avec des artistes majeurs, de Sting à –M- en passant par Salif Keita. Avec qui rêveriez-vous encore de travailler?

Je n’ai jamais vraiment pensé de cette manière. Ou alors des choses impossibles: être à côté de Jean-Sébastien Bach ou faire un duo avec Miles Davis. J’aime les rencontres, croiser la route d’autres artistes.

Depuis 2007, vous avez composé quinze albums pour vous ou d’autres artistes, dix œuvres symphoniques et une quinzaine de BO. Comment parvenez-vous à gérer tout cela?

J’aime travailler sur un peu tout en même temps, les projets s’inspirent les uns des autres. C’est intéressant de passer d’une musique de film à un album ou à une pièce de théâtre.

Que pensez vous de la nouvelle scène jazz londonienne?

Je n’ai pas forcément senti de vague londonienne, je sens des vagues un peu partout. La vague californienne me semble la plus importante, il y a une place du jazz israélien qui est passionnante, il y a aussi des musiciens français reconnus dans le monde. Le jazz est globalement en plein boom, plein de styles musicaux s’en inspirent, dont le hip-hop (titre).

(Recueilli par Cédric Botzung/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.