Festival au Luxembourg

15 novembre 2018 10:00; Act: 18.11.2018 14:04 Print

«Le talent c'est 10%, le reste, c’est du travail»

Avec Angèle ou Eddy de Pretto, le Flamand à la voix d’ange, Tamino, sera une des attractions du Sonic Visions. «L'essentiel» l'a rencontré.

Sur ce sujet
Une faute?

«L’essentiel»: Votre album vient de sortir, comment vous sentez-vous?

Tamino: Très bien, je suis heureux, et c’est un disque sans compromis.

Les critiques sont unanimes. Est-ce important pour vous?

Oui, je les lis, bien entendu. C’est bien de savoir que beaucoup de gens aiment le disque et ont envie d’écrire à ce propos. Mais je voulais avant tout faire l’album à ma façon, et le maîtriser à 100%.

Votre voix est incroyable. Quand avez-vous pris conscience de ce pouvoir?

Je n’en ai pas vraiment pris conscience. Je chante depuis tout jeune, et je pensais que c’était normal que des gens pleurent parfois en entendant mes chansons, car cela m’arrive aussi. C’est le pouvoir de la musique.

La musique est-elle pour vous une catharsis?

C’est juste quelque chose que je dois faire , sans quoi je deviendrais un peu fou. Ça part d’une passion pour l’art et pour la musique. Beaucoup d’artistes ressentent ce besoin de créer, sans quoi ils perdent le contact avec ce qu’ils sont. Mais ce n’est pas vraiment thérapeutique, c’est davantage pour explorer mon subconscient.

Votre musique est profondément sincère. Ne craignez-vous pas de trop vous dévoiler?

Je ne peux rien créer sans être sincère et authentique. Il y a tellement de limites et de choses dont on a honte au quotidien, qu’elles n’ont pas lieu d’être dans l’art. Les textes ne sont pas tous autobiographiques, il y a beaucoup que je garde pour moi.

Quels artistes vous ont le plus inspirés?

J’ai surtout été inspiré par la littérature. Même si j’adore évidemment la musique, de nombreux styles différents. Mais je n’ai jamais écouté une chanson en me disant que je voulais en composer une dans le même genre.

Vous avez travaillé avec Colin Green, le bassiste de Radiohead, pour «Indigo Night». Comment s’est passée la collaboration?

C’était fantastique. Je l’ai rencontré via un ami en commun. Il est venu me voir sur scène à Anvers, puis a acheté mon EP. On a discuté, il m’a dit qu’il adorait «Indigo Night», et nous avons travaillé ensemble sur ce qui était un peu une démo.

Votre grand-père est un célèbre chanteur égyptien. La musique est-elle dans votre ADN?

Je n’y pense pas beaucoup, mais je crois que c’est dû au pouvoir de la musique, qui m’a toujours habité. Mais j’ai dû beaucoup travailler. Le talent ne représente que 10%, le reste, c’est du travail.

(Recueilli par Cédric Botzung/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.