Concert au Luxembourg

21 février 2020 10:00; Act: 21.02.2020 11:46 Print

«Nous sommes étonnés de jouer à Coachella»

LUXEMBOURG - L'Impératrice sera sur la scène de l'Atelier, samedi. Rencontre avec l'un de ses fondateurs et claviéristes.

Sur ce sujet
Une faute?

«L’essentiel»: Vous avez joué partout dans le monde l’an passé. Comment cela s’est-il passé?

Tout cela s’est fait un peu au feeling. Nous sommes partis il y a deux ans jouer pour Hermès à New York, et nous avons vite organisé un autre concert et une première tournée d’une dizaine de dates a été planifiée là-bas. Nous en avons fait une seconde et une troisième tournée est prévue en septembre prochain. Grâce au streaming, nous avons aussi un public au Mexique, au Chili ou en Turquie. Ça a cassé la barrière entre la scène et le public. Ce sera la première fois pour nous au Luxembourg. Nous avons traversé plusieurs fois le pays sans jamais nous y arrêter.

Et vous repartez pour de nombreuses autres dates. Pas le temps de se reposer?

Non, d’autant que nous travaillons sur notre deuxième album en studio depuis six mois. Nous avons terminé les morceaux, et lancé une tournée qui a repris le 12 février. Et on repart jusqu’à septembre prochain. On arrive à combiner ces deux aspects.

Comment a évolué votre show?

Il s’est passé beaucoup de choses, car le groupe existe sur scène depuis 2013. Au début, c’était une formation instrumentale à cinq, puis notre chanteuse Flore est arrivée en 2015. Aujourd’hui, nous sommes plusieurs à chanter, nous avons changé la scénographie. Nous réarrangeons les morceaux sur scène, on essaye de pousser l’expérience au maximum.

Vous êtes même programmés à Coachella. Une consécration?

C’est vrai que peu de groupes français y sont programmés. On est à la fois étonnés et surpris. J’imagine qu’on jouera en plein cagnard l’après-midi sur une scène à taille humaine (rires). Ça fait surtout partie d’un long tour de plus d’un mois aux États-Unis. J’ai l’impression que quelque chose les attire chez nous, une fraîcheur ou une légèreté.

Il y a beaucoup d’influences dans votre musique. De quoi est constitué l’ADN de L’impératrice?

Il y a deux choses. On partage tous le même sens de l’émotion quand on compose, on essaye de mêler deux sentiments contraires, la joie et la mélancolie, et ça créé quelque chose d’assez particulier. On utilise la descente en quintes, à l’instar du compositeur Michel Legrand, il y a une certaine recherche du beau. On a tous une éducation musicale différente, il y a une vraie liberté et un dialogue.

La chanteuse Flore est arrivée après la formation du groupe. Qu’est-ce que cela a changé?

Ça a tout changé, on s’est mis à composer autour de la voix. Au départ, je voulais utiliser sa voix comme un instrument. Le format chanson est très difficile, et nous ne sommes pas un groupe très engagé, on a essayé de rester sur l’image et l’hédonisme, raconter des histoires.

Un deuxième album est-il en préparation?

Le deuxième album sera assez différent, car on a pris plus au sérieux l’écriture des textes. On s’est positionné sur un thème, que je ne dévoilerai pas pour l’instant, qui sera le fer de lance. J’ai l’impression qu’il y a une plus grande liberté, au niveau de l’harmonie et du voyage. On a appris à composer en fonction des lieux et des gens qu’on a rencontrés. Je pense que de nouveaux morceaux sortiront d’ici Coachella.

La SF est aussi présente chez vous. Une forte source d’inspiration?

Ça l’est comme d’autres voyages, c’est très lié à notre utilisation de synthés des années 1970, c’est particulier. Ils étaient utilisés par Space ou Jean-Michel Jarre, avec ce côté cosmic disco. Par héritage, on s’est en beaucoup servi.

(Recueilli par Cédric Botzung/ L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Philippe le 22.02.2020 07:39 Report dénoncer ce commentaire

    A tout à l'heure, j'ai hâte !

Les derniers commentaires

  • Philippe le 22.02.2020 07:39 Report dénoncer ce commentaire

    A tout à l'heure, j'ai hâte !