Concert au Luxembourg

03 décembre 2019 22:21; Act: 04.12.2019 08:48 Print

«Oh Djadja», Aya Nakamura a vu grand à la Rockhal

ESCH-BELVAL - La chanteuse R'nB française était de retour à la Rockhal, six mois après son premier show, devant 3 000 fans déchaînés.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«Luxembourg, on se rencontre enfin!» lançait Aya Nakamura à ses fans, mardi soir. Tout est allé si vite pour la chanteuse française de 24 ans qu'elle avait oublié être venue jouer six mois plus tôt dans le Club de la Rockhal. Mais avec cette tournée des grandes salles, dont la Rockhal constituait la huitième étape, la Parisienne est passée dans une autre dimension.

Show à l'américaine, musiciens, choristes et danseurs, Aya Nakamura arrivait en doudoune sur scène, qu'elle allait vite laisser tomber pour arborer une tenue jaune digne de celle d'Uma Thurman dans «Kill Bill». Cheveux au vent, voix puissante et danses sexy, elle dégageait un charisme indéniable, appuyé par les cris de fans très jeunes.

«Je ne suis ni une caricature, ni un exemple»

La chanteuse née à Bamako, au Mali, faisait honneur à ses racines africaines, que ce soit à travers les rythmes ou sur un titre posé comme «Oumou Sangaré». Les extraits de son premier opus «Journal Intime», comme «Oublier» ou «Comportement» côtoyaient les nombreux hits de son album triple platine en France, «Nakamura».

Que ce soit sur des ballades, comme le single «Soldat» ou «Oula», ou sur des morceaux enlevés, comme «Faya», «Whine Up» ou «Sucette», le public chantait toutes les paroles. Les fans dansaient, les sourires s'affichaient, et «Djadja» et «Pookie», en rappel, allumaient définitivement l'incendie. «Je ne suis ni une caricature, ni un exemple», concluait Aya. Elle a tout compris.

(Cédric Botzung/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.