Guerre musicale

15 novembre 2019 07:18; Act: 15.11.2019 09:44 Print

Taylor Swift s'en prend au boss de son ancien label

Les hostilités ont repris entre la chanteuse américaine et les dirigeants de Big Machine Label, qui lui interdiraient de jouer certains titres et de sortir un documentaire.

storybild

Taylor Swift s'en est pris à deux dirigeants de son ancien label. (photo: AFP/Dia Dipasupil)

Sur ce sujet
Une faute?

La chanteuse américaine Taylor Swift a relancé jeudi, les hostilités avec son ancien label, accusant ses dirigeants de l'empêcher de donner un spectacle et de sortir un documentaire Netflix sur sa vie. Cette nouvelle vient raviver la dispute qui oppose la princesse de la pop au magnat de l'industrie musicale Scooter Braun. Taylor Swift avait annoncé en août vouloir réenregistrer ses tubes pour reprendre le contrôle de ses œuvres, dont M. Braun, avec le label Big Machine Label, a obtenu la majorité des enregistrements.

Le propriétaire des masters, enregistrements originaux servant à fabriquer vinyles, CD et autres copies numériques, décide comment les chansons sont reproduites ou vendues. Ces enregistrements tant convoités sont une des principales sources de revenu des artistes quand ils en possèdent les droits. La chanteuse de 29 ans a affirmé jeudi dans un billet de blog que M. Braun et son associé Scott Borchetta exerçaient un «contrôle tyrannique» sur elle. Taylor Swift accuse les deux hommes d'avoir dit à son équipe qu'elle n'était «pas autorisée à jouer (s)es anciennes chansons à la télévision» parce que «cela reviendrait à ré-enregistrer (s)a musique avant qu'(elle) n'ait le droit de le faire l'année prochaine».

«Sois une bonne petite fille et tais-toi»

Cela pourrait alors nuire à sa performance prévue aux American Music Awards ce mois-ci, où elle doit recevoir le prix d'artiste de la décennie. «De plus, et ce n'est pas comme cela que j'avais prévu de vous partager cette nouvelle», a poursuivi l'artiste. «Netflix a créé un documentaire sur ma vie ces dernières années. Scott et Scooter ont interdit l'usage de ma vieille musique ou des extraits de mes performances pour ce projet, alors qu'il n'y a aucune mention d'eux ou de Big Machine Records nulle part dans le film».

«Le message qu'ils m'envoient et très clair, a fustigé Taylor Swift. En gros, "sois une bonne petite fille et tais-toi"». Taylor Swift a appelé ses fans et les artistes dont elle est proche à la soutenir dans cette âpre bataille contre MM. Braun et Borchetta, qui n'ont pour l'instant pas commenté l'affaire publiquement.

(L'essentiel/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.