Justice américaine

14 juillet 2017 09:56; Act: 14.07.2017 12:07 Print

Universal perd ses droits sur les inédits de Prince

Le label avait acquis pour 31 millions de dollars les œuvres non publiées de Prince. Un contrat qui a été déclaré nul et non avenu par la justice américaine.

storybild

La justice a annulé les droits d'Universal sur le catalogue de Prince. (photo: AFP/Kevin Winter)

Sur ce sujet
Une faute?

La justice américaine a déclaré nul et non avenu le contrat par lequel le label Universal avait acquis pour 31 millions de dollars les œuvres non publiées de Prince, décédé en avril 2016 sans avoir fait de testament. Refusant de trancher entre les parties au litige, Kevin Eide, juge dans le Minnesota, a préféré annuler purement et simplement le contrat passé avec Universal, estimant que les gestionnaires du catalogue du chanteur ne pouvaient se permettre la longue et coûteuse bataille judiciaire qui se profilait.

Prince avait des coffres-forts remplis de titres non publiés, à Paisley Park, et la question du sort de ces chansons s'était rapidement posée après sa disparition. Universal avait annoncé en février avoir acquis les droits sur les œuvres non publiées par Prince depuis le milieu des années 1990, quand il avait quitté le label Warner avec pertes et fracas, ainsi que sur un certain nombres d'enregistrements réalisés par Prince lorsqu'il était au sommet de sa gloire. Mais les administrateurs de Prince avaient reconnu que ce contrat risquait d'entrer en concurrence avec les droits encore détenus par Warner, et ils avaient accepté en mai l'éventualité d'une annulation de l'accord passé avec Universal.

«Mis son cercueil aux enchères»

Londell McMillan, ancien avocat de Prince et négociateur de l'accord passé avec Universal, s'était lui opposé à cette annulation, avec le soutien de trois des six enfants du chanteur. Selon lui, les droits de Warner ne concernaient que "l'impression et la distribution" des œuvres de Prince, soit la commercialisation de disques physiques (CDs ou vinyles), et non pas la vente sous forme de streaming. Selon le juge Eide, Universal avait pourtant réitéré ses menaces de poursuites judiciaires contre les administrateurs des biens de Prince après avoir pris connaissance du contrat signé avec Warner, estimant avoir été floués.

Prince avait toujours été très critique des relations entre les artistes et les maisons de disques, ce qui l'avait poussé notamment à s'exhiber avec le mot "esclave" sur ses joues dans les années 1990. Si Prince était revenu chez Warner en 2014, près de quinze ans après avoir quitté ce label, il avait toujours réservé la diffusion de sa musique en streaming au site Tidal du rappeur Jay-Z. Dans son dernier album, "4:44", celui-ci a d'ailleurs vertement accusé les administrateurs des biens de Prince, en s'étonnant notamment que ceux-ci n'aient pas «mis son cercueil aux enchères».

(L'essentiel/AFP)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.