Jérémy Ferrari

08 février 2018 12:28; Act: 08.02.2018 15:38 Print

«Quand je viens au Grand-​​Duché, je me sens bien»

LUXEMBOURG - Avec son nouveau one man show «Vends 2 pièces à Beyrouth», Jérémy Ferrari traite de la guerre. Plus de 200 000 spectateurs ont déjà vu le spectacle, un carton.

Jeremy Ferrari produit d'autres artistes comme Guillaume Bats.

Sur ce sujet

Ce spectacle fait un carton depuis deux ans, comment vivez-vous ce succès? Je le vis un peu comme un spectateur. Le premier spectacle avait très bien marché et je n’avais pas compris: ça a été compliqué pendant 10 ans, je jouais devant quatre personnes, puis j’ai fait les émissions avec Laurent Ruquier. Un jour je trouve un producteur, je passe en télé, on m’envoie une liste de 90 dates de tournées, dans des théâtres de 1 000 et 2 000 places. Cette prod s’occupait aussi de Stéphane Guillon et je me souviens de les avoir appelés en disant «vous êtes sur que c’est pas pour Stéphane?». Ce nouveau spectacle, je me disais que ça ne pourrait pas faire autant. En fait, on a fait deux fois plus de monde. Ce succès, je ne le comprends pas.

Le premier succès c’était en 2010. Vous avez souvent parlé de vos années de galère avant, c’était une pression de réussir? Non, quand je parle des années de galère… C’est normal de galérer au début. De là où je viens, c’est normal de se lever à 5h pour aller bosser dans un petit job. Surtout dans ce milieu. Ce qui m’a fait du mal c’était surtout de ne pas réussir à "vivre" avec mon métier. Personne ne me prenait en café théâtre, en chroniqueur radio, rien. Au bout de 10 ans, je me disais que personne voulait de moi, tant pis.

L’humour noir c’est dans vos spectacles depuis le début? Pour être honnête, c’est quand j’ai fait «On ne demande qu’à en rire» qu’on a mis un nom sur ce que je faisais. C’est un peu réducteur. «Humour noir», j’ai l’image d’un mec qui fait des vannes sur le cancer du pancréas, ça doit faire peur. Mais je me suis jamais posé la question si ça choquait, c’est ce que je faisais au quotidien. Et quand j’ai compris que des gens pouvaient le prendre mal, j’ai trouvé ça génial. L’humour noir, ça a un pouvoir: ça choque mais ça aide aussi.

Vous avez pris des cours de géopolitique pour parler de la guerre? Obligé. Je suis pas allé à l’école, il fallait que je puisse parler d’histoire et de géographie. Les thèmes des spectacles, c'est mon instinct. Quand je faisais des sketchs sur le handicap à la télé, c’est parce que personne n'en parlait. La religion, c'était parce qu'il y avait un grand débat sur les communautés. Pour la guerre, il y avait le vent de révolution avec le printemps arabe. Puis en gagnant un peu d’argent, j’ai commencé à m’y intéresser, à voir comment on te traite quand tu en gagnes. Une banque prête plus facilement de l'argent à quelqu’un qui en a. Du coup j’ai creusé sur le business des armes. Pourquoi des gens sont contents à cause de la guerre, alors que des gens meurent à cause d’eux? Et ce n'est pas parce que c’est beaucoup entendu que c’est démago de le dire.

La religion c’est l'un de vos thèmes depuis votre tout premier spectacle en 2008. Vous avez déjà eu des menaces ou des problèmes? T’as toujours un peu de retours inquiétants, mais ça va. Deux mecs qui m’attendent à la sortie du spectacle pour me casser la gueule, ça va. Alors que quatre mecs en costume qui me suivent en bagnole, là c’est moins mon élément. Ça reste quand même anecdotique. On est dans une époque où on peut dire des choses.

En plus de la scène, vous avez le temps de faire autre chose? J'ai besoin de faire énormément de choses. Je produis des festivals d’humour, de musique en Belgique, une émission de télé en Afrique. Je produis Guillaume Bats, Laura Laune (NDLR: qui vient de gagner «La France a un Incroyable talent»)… J’ai besoin d’être perpétuellement occupé, mon cerveau est boulimique. J’ai également un one man show avec Philippe Croizon en projet puis un biopic sur lui. Il y a également le livre «Happy Hour à Mossoul», une belle aventure. C'est un prolongement du spectacle avec 80% de nouvelles recherches.

Vous êtes déjà venu au Luxembourg? Je suis venu il n'y a pas très longtemps, c’était chouette. Une alarme s’est mise en route pendant le spectacle au bout d’une demi-heure. Et je me souviens qu’on s’était bien marré avec le public, c’était une très bonne ambiance. Tout ça c’est ma région quand même (NDLR: il est originaire des Ardennes françaises), des mentalités très proches de la mienne. Quand je viens ici, je me sens bien.

(Propos recueillis par Jonathan Vaucher/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Norby le 08.02.2018 13:21 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Merci Monsieur Ferrari pour votre commentaire sur le Luxembourg parce que beaucoup de vos citoyens ne sont pas du même avis. Je suis Luxembourgeois et j’ai vécu une partie de mon enfance en France j’ai eux de bon moment mais aussi de mauvais moments mais c’est pas pour cela que je critique votre pays et cela est dans n’importe quel pays il y à le pour et le contre mais je suis de votre avis que l’on vit bien chez nous

  • FandeJeremy le 08.02.2018 14:44 Report dénoncer ce commentaire

    Enfin un vrai humoriste On l'attendait depuis la mort de Coluche!

  • gluon du trou le 08.02.2018 13:17 Report dénoncer ce commentaire

    enfin un humoriste correcte. ca fait longtemps que c'etait vide dans ce domaine .

Les derniers commentaires

  • rené sance le 10.02.2018 10:08 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    J’ai dû me chatouiller sous les bras pour

  • georgette le 09.02.2018 16:05 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Soft Copy de Dieudonné

  • Le justicier. le 09.02.2018 08:55 Report dénoncer ce commentaire

    Étant donné que dieu n'existe pas, il a raison de se moquer des sectes qui ont réussi, c'est à dire des religions !

    • dieux le 09.02.2018 09:30 Report dénoncer ce commentaire

      Cédric Gilbert et yohane taverne???allons allons....

  • Guillaume le 09.02.2018 08:49 Report dénoncer ce commentaire

    Je l'ai vu la dernière fois à la KulturFabrik... Et effectivement, le coup de l'alarme, je l'avais oubliè ^^ Très très bon spectacle. Très bien documenté, avec toutes ses sources disponibles à la fin du spectacle. Il ne fait pas que se moquer, il fait réfléchir! Et c'est ça qui en fait un grand homme!

  • dieux le 09.02.2018 08:34 Report dénoncer ce commentaire

    Et moi qui croyait que j'étais sur terre???hihihihihi