Anniversaire

16 août 2019 10:57; Act: 16.08.2019 14:39 Print

50 ans après, les hippies reviennent à Woodstock

Des centaines de participants au festival mythique Woodstock, d'il y a 50 ans sont revenus sur les lieux avec émotion à l'occasion des commémorations.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

C'était il y a 50 ans exactement: Les Poinelli rejoignait en auto-stop le festival de Woodstock dont il avait entendu parler à la radio, où il allait rencontrer la femme de sa vie. Ce week-end, il est revenu dans la petite ville champêtre de Bethel, au Nord-Ouest de New York, qui a tant marqué son existence, comme des centaines de hippies vieillissants portant t-shirt délavés, couronnes de fleurs et vestes à franges en daim, emblématiques de l'ère du «Peace and Love».

«Vous ne pouviez pas ne pas vous sentir submergés par la foule, submergés par la générosité des gens», se souvient Poinelli, 19 ans à l'époque, depuis l'endroit où se dressait la scène mythique où se sont succédé des légendes du rock comme Jimi Hendrix, Janis Joplin et Santana devant près d'un demi-million de personnes. Il se souvient qu'après avoir passé le week-end avec sa nouvelle dulcinée Gail, ils sont allés derrière la scène, où Joe Cocker venait de commencer à jouer, pour se dire au revoir.

«Je lui ai fait un bisou sur la joue, et ça a été nos seules aventures sexuelles du week-end», confie-t-il, sourire aux lèvres, avec à la main les billets de l'époque, qu'il a fait encadrer. Deux ans après avoir dansé ensemble aux sons de groupes classiques comme Creedence Clearwater Revival et Canned Heat, Gail et Les se mariaient. Ils allaient avoir ensemble cinq enfants et 12 petits-enfants.

Des concerts et un musée à la mémoire du festival

Festival culte pour toute une génération, Woodstock vit affluer, du 15 au 18 août 1969, près de 500 000 personnes dans les champs d'alfalfa de la pittoresque région des Catskills. Malgré des pluies torrentielles, ils firent la fête et, souvent, consommèrent de la drogue ou firent l'amour dans une rare atmosphère de liberté et d'insouciance. Malgré la boue, le manque de nourriture, et les risques d'overdose, le festival est resté un symbole d'espoir tranchant avec une décennie riche en assassinats et émeutes, sur fond de guerre du Vietnam.

Le site est aujourd'hui géré par l'association Bethel Woods Center for the Arts, qui organise régulièrement des concerts et gère un musée à la mémoire du festival.

Les commémorations du 50e anniversaire démarraient jeudi soir: le musicien folk Arlo Guthrie, fils de Woody Guthrie, qui s'était produit en 1969 alors qu'il n'avait que 22 ans, devait ouvrir le bal, suivi pendant le week-end par Ringo Starr, Santana, John Fogerty des Creedence Clearwater Revival.

(L'essentiel/nxp/afp)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.