Jamel Debbouze

18 septembre 2019 10:53; Act: 18.09.2019 11:17 Print

«Le doute fait partie intégrante de notre métier»

À l'affiche de son nouveau spectacle, l'humoriste de 44 ans est toujours aussi passionné par son métier, qui lui est tombé dessus par hasard.

storybild

«J'ai été si bien accueilli par ce métier et le public que je n'ai plus jamais voulu partir». (photo: AFP/Fred Dufour)

Sur ce sujet
Une faute?

Toujours aussi plébiscité après 25 ans de carrière, Jamel Debbouze revient sur scène avec son nouveau one-man-show «Maintenant ou Jamel». Le comique franco-marocain se confie sur son parcours hors du commun.

À quoi doivent s'attendre les spectateurs de votre nouveau one-man show «Maintenant ou Jamel»?

Absolument à tout! Ça peut arriver par la droite, par la gauche, par le ciel, par le sol! Que les gens viennent équipés. Il faudra aussi qu'ils se reposent bien la veille du spectacle parce qu'ils vont être surpris.

Pourquoi avez-vous attendu six ans, avant de remonter sur scène?

C'est mon rythme naturel. Je monte sur scène tous les 6-7 ans depuis que j'ai commencé ce métier. Mes tournées durent 2 à 3 ans, ce qui est beaucoup. J'ai besoin de ce temps pour me ressourcer et avoir des choses fortes à raconter et espérer surtout que cela aura de la résonance auprès du public. Tant que je pourrai faire rire, je me sentirai vivant et utile.

À 44 ans, quel regard portez-vous sur votre déjà longue carrière?

Si elle a été aussi longue jusqu'à présent, c'est parce que je ne l'ai jamais regardée et que je n'ai jamais eu de plan de carrière. Ce métier a été un accident. C'est arrivé sans que je m'y attende. J'ai été si bien accueilli par ce métier et le public que je n'ai plus jamais voulu partir. Je fonctionne par envie. Avec mon équipe, chaque grande chose qu'on a pu faire, comme des spectacles, des films ou le Marakech du rire, on est les premiers à être étonnés par l'engouement du public. Si j'avais essayé de faire des calculs pour avoir tout ça, je n'y serais jamais arrivé.

Comment vivez-vous votre célébrité?

Je ne connais personne qui gère bien sa célébrité. Elle vous submerge. Depuis mes débuts, j'ai comme un déni de célébrité. Je me balade partout, je prends le métro. Je vais dans des quartiers où il y a beaucoup de gens. Je ne refuse aucun selfie. Quand je suis seul, ça ne me pose aucun problème. Cependant, quand je suis avec mes enfants et que je suis arrêté toutes les trois minutes et que je ne peux pas finir une conversation avec eux, je vois dans leurs yeux que ça les dérange. Donc à travers eux, je suis parfois un peu gêné par cette célébrité. Mais honnêtement, le jeu en vaut largement la chandelle. Mes proches le comprennent très bien.

Avez-vous parfois peur que tout s'arrête?

Tous les 15 jours, à 22 heures. C'est souvent le jeudi que j'y pense. C'est un rituel un peu immuable. Le doute fait partie intégrante de notre métier, sinon on ne créerait pas, on serait des artistes fades. Ce qui peut m'angoisser, c'est la feuille blanche, que je n'arrive plus à faire rire les gens. Parfois, j'imagine qu'un huissier viendra frapper à ma porte. Il s'excusera en me disant qu'il doit tout me reprendre. J'ai le syndrome de l'huissier! (rire)

Regardez des extraits du spectacle de Jamel Debbouze, «Maintenant ou Jamel»:

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.

Les commentaires les plus populaires

  • Baudouin le 18.09.2019 16:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moi, j'l'aime bien.

Les derniers commentaires

  • Baudouin le 18.09.2019 16:33 via via Mobile Report dénoncer ce commentaire

    Moi, j'l'aime bien.