Humour

13 février 2020 20:37; Act: 14.02.2020 17:46 Print

Marc-​​Antoine Le Bret «rêvait d'être imitateur»

L'humoriste et imitateur Marc-Antoine Le Bret a su très jeune qu'il pouvait faire rire les gens. Il ne se verrait pas faire autre chose dans la vie.

Sur ce sujet
Une faute?

Il imite à la perfection des célébrités diverses et variées telles que Laurent Ruquier, Mika, Cyril Lignac, Chantal Ladesou ou encore Yann Barthès. À 34 ans, Marc-Antoine Le Bret incarne avec brio la nouvelle génération d'humoristes et imitateurs français. Découvert en 2011 dans «Les guignols de l'info», le Breton a ensuite œuvré dans «On n'est pas couché», sur France 2, et «Touche pas à mon poste!», sur C8. L'artiste, qui a aussi sa propre chronique sur RFM, «Le Bret du faux», a écrit un nouveau one-man-show, sobrement intitulé «Nouveau spectacle».

Que pourra-t-on découvrir dans votre nouveau spectacle?

Marc-Antoine Le Bret: Il y aura plein de sujets sur l'actualité, de société: le réchauffement climatique, le féminisme, les pesticides, avec des choses plus légères bien sûr. Il y aura aussi un enchaînement de voix, environ 60 imitations en 1h20: des people, des hommes politiques, des chanteurs et des sportifs.

À quel âge avez-vous eu envie de devenir imitateur?

Vers 12 ans. C'est là que j'ai découvert les imitateurs à la télé. J'ai aussi commencé à imiter les profs, des oncles et des tantes, des gens de mon entourage. C'était donc très restreint, mais c'est comme ça que ça a vraiment commencé.

Avez-vous été encouragé par vos proches quand vous vous êtes lancé dans cette profession?

L'encouragement pour moi, c'était surtout les rires. Au lycée, dès que j'imitais des enseignants, des élèves d'autres classes venaient me voir pour me dire qu'il savaient que j'imitais le prof de philo par exemple. Ils me disaient qu'il fallait que je continue à faire ça. C'est donc eux qui m'ont encouragé.

Faut-il que les célébrités vous plaisent pour que vous les imitiez?

Non, il n'y a pas de sentiments particuliers envers eux parce qu'ils ne sont pas mes amis. Le seul but c'est d'essayer d'être drôle. Donc si le personnage est marrant c'est parfait, ou alors il faut essayer de le rendre drôle par rapport à ce qu'il a dit. Bien sûr, il peut arriver que j'apprécie des chanteurs plus que d'autres, mais c'est surtout la blague qui doit primer.

Ressentez-vous une compétition avec les autres imitateurs français?

Laurent Gerra ou Nicolas Canteloup sont vraiment de grosses stars. C'est une autre génération, ils sont plus âgés que moi et nous n'avons pas les mêmes références. Je ne me sens donc pas en compétition avec eux. J'estime qu'ils ont fait plus de choses que moi.

Que vous apporte ce métier de positif dans votre vie?

J'ai toujours voulu faire ça. Du coup, c'est juste un bonheur de pouvoir faire de la radio, avoir la chance d'avoir un spectacle qui tourne et me déplacer dans plusieurs villes. C'est ce dont je rêvais depuis petit, donc c'est top. Pourvu que ça continue!

Auriez-vous envie de faire du cinéma aussi?

Oui, j'ai un agent pour ça depuis pas très longtemps. C'est quelque chose d'intéressant, j'aimerais bien. L'idéal serait de s'approprier un personnage en changeant sa voix et son attitude, ce qui revient un peu à faire des imitations.

Comment vivez-vous votre célébrité grandissante?

Je ne vais pas me plaindre si les gens m'interpellent dans la rue, sinon j'aurais fait un autre métier. Mais les gens sont très cool. Il n'y a pas de remarques négatives donc ça se passe très bien. Quand j'étais plus jeune, je voulais avoir cette notoriété pour pouvoir exprimer mes talents d'imitation de personnages. Je n'y vois donc aucun inconvénient.

(L'essentiel)