Interview

28 août 2019 16:24; Act: 28.08.2019 19:03 Print

Nouveau film de Grand Corps Malade et Mehdi Idir

Deux ans après «Patients», Grand Corps Malade et Mehdi Idir rempilent avec un nouveau long métrage. Rencontre.

Sur ce sujet
Une faute?

Les deux cinéastes et amis ont troqué le handicap dans un centre de rééducation, sujet de leur précédent film, pour les écoles difficiles, dans «La vie scolaire».

Gardez-vous un bon souvenir de vos années d'école?

Medhi Idir: Très bon, oui, surtout ceux du collège. C'est pour ça qu'on a décidé de situer l'action de notre film dans un collège.

Vous avez suivi votre scolarité dans le même type d'établissement que celui qu'on voit dans le film?

M.I.: J'étais dans celui dans lequel on a tourné.

Grand Corps Malade: Moi, j'étais dans un autre, mais dans la même ville. On a fait un film sur des lieux qu'on connaît très bien.

Le scénario s'inspire donc de vos expériences?

GCM: Oui, pratiquement toutes les scènes sont tirées de nos souvenirs, de ce qui est arrivé à des potes, mais aussi de ce qu'on a observé. On est retournés au collège pour étudier le terrain, voir comment ça se passe aujourd'hui. La seule vraie différence, c'est qu'il n'y avait pas les réseaux sociaux à notre époque.

Comment avez-vous trouvé les jeunes acteurs?

GCM: Dans des castings sauvages à Saint-Denis, la ville dans laquelle nous avons tourné. Ce ne sont que des ­gamins qui n'avaient aucune idée de ce qu'était le cinéma, qui n'avaient pas imaginé une seule seconde qu'ils pouvaient être acteurs.

Était-ce votre vœu de bosser avec des acteurs amateurs, comme dans «Patients»?

M. I.: Il y a quand même des pros dans le film, tous les adultes le sont, comme Zita Hanrot ou Alban Ivanov. On aime bien ce mélange. Travailler avec de grosses têtes d'affiche, ce n'est pas notre envie pour l'instant.

Est-ce que le succès de «Patients» vous met la pression pour la sortie de ce film-là?

Pour les chiffres un petit peu oui, quand-même, c'est normal. La question était surtout de savoir si on allait être capables de faire un autre film qu'on aime autant que le premier.

Grand Corps Malade et Mehdi Idir se sont prêtés au jeu de quelques questions décalées:

(L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.