Bande dessinée

10 avril 2019 09:00; Act: 10.04.2019 11:20 Print

Rendez-​​vous intérieur pour ce sacré Moucherot

François Boucq ose faire repartir à l'aventure, Jérôme Moucherot son assureur au stylo dans le nez et au costume léopard. Une histoire vraiment délirante.

storybild

Sur ce sujet
Une faute?

Un personnage conventionnel plongé dans des situations surréalistes. L'humour fantastico-délirant né des aventures de l'assureur Jérôme Moucherot traverse les générations. Après «Les dents du recoin» (1994), «Sus à l'imprévu», «Le péril pied-de-poule» (1998), «J'assure» (1999) et «Le manifeste du mâle dominant» (2012), voilà le personnage charismatique de François Boucq qui part à la recherche de... lui-même, dans un album qui ne porte pas de nom.

Quête intérieure

«Quand j'ai eu besoin de créer un personnage urbain, j'ai trouvé rigolo d'en faire un assureur. Dans un univers très dangereux, il prétend pouvoir tout assurer. Trouver chaque fois une assurance qui convienne à chaque situation le force ainsi à déployer des trésors d'inventivité», explique François Boucq à propos de son Jérôme Moucherot.

Avec son costume léopard, son regard noble et perçant, son stylo planté dans le nez, sa démarche souple et puissante, il séduit et inspire la crainte. Sa mission est de tordre le cou à la peur du lendemain afin de permettre à tout un chacun de prendre en marche le train du progrès en laissant sur le quai les tracas du quotidien. Mais Jérôme Moucherot n'est certainement pas un agent d’assurances comme les autres. Bien au contraire! Cette fois, il part en quête intérieure.

Voyage délirant

«Dans un salon du livre à Montréal, il y avait tous ces ouvrages consacrés à la quête de soi, à la prise de conscience. Une littérature incroyable dans laquelle des gens qui ne sont pas moi aimeraient me dire ce qu'il faudrait que je fasse pour pendre conscience de moi». Il n'en fallait pas plus à François Boucq pour imaginer cette nouvelle histoire de Jérôme Moucherot.

Parti sur un classique 48 pages, il en a fait un roman graphique de 170 pages où il s'est amusé à aller le plus loin possible dans le délire, prenant la philosophie, non pas au sérieux, mais comme un simple amusement de l'esprit. Avec la touche d'absurdité qui l'accompagne depuis les débuts de Jérôme Moucherot, François Boucq nous entraîne pour un voyage délirant, mais logique, dans les thématiques actuelles. Ce Jérôme Moucherot débute devant une glace. Mais pas question de finir entre les mains des gourous de la pensée.

(Denis Berche/L'essentiel)

Vous venez de publier un commentaire sur notre site et nous vous en remercions. Les messages sont vérifiés avant publication. Afin de s’assurer de la publication de votre message, vous devez cependant respecter certains points.

«Mon commentaire n’a pas été publié, pourquoi?»

Notre équipe doit traiter plusieurs milliers de commentaires chaque jour. Il peut y avoir un certain délai entre le moment où vous l’envoyez et le moment où notre équipe le valide. Si votre message n’a pas été publié après plus de 72h d’attente, il peut avoir été jugé inapproprié. L’essentiel se réserve le droit de ne pas publier un message sans préavis ni justification. A l’inverse, vous pouvez nous contacter pour supprimer un message que vous avez envoyé.

«Comment s’assurer de la validation de mon message?»

Votre message doit respecter la législation en vigueur et ne pas contenir d’incitation à la haine ou de discrimination, d’insultes, de messages racistes ou haineux, homophobes ou stigmatisants. Vous devez aussi respecter le droit d’auteur et le copyright. Les commentaires doivent être rédigés en français, luxembourgeois, allemand ou anglais, et d’une façon compréhensible par tous. Les messages avec des abus de ponctuation, majuscules ou langages SMS sont interdits. Les messages hors-sujet avec l’article seront également supprimés.

Je ne suis pas d’accord avec votre modération, que dois-je faire?

Dans votre commentaire, toute référence à une décision de modération ou question à l’équipe sera supprimée. De plus, les commentateurs doivent respecter les autres internautes tout comme les journalistes de la rédaction. Tout message agressif ou attaque personnelle envers un membre de la communauté sera donc supprimé. Si malgré tout, vous estimez que votre commentaire a été injustement supprimé, vous pouvez nous contacter sur Facebook ou par mail sur feedback@lessentiel.lu Enfin, si vous estimez qu’un message publié est contraire à cette charte, utilisez le bouton d’alerte associé au message litigieux.

«Ai-je le droit de faire de la promotion pour mes activités ou mes croyances?»

Les liens commerciaux et messages publicitaires seront supprimés des commentaires. L’équipe de modération ne tolérera aucun message de prosélytisme, que ce soit pour un parti politique, une religion ou une croyance. Enfin, ne communiquez pas d’informations personnelles dans vos pseudos ou messages (numéro de téléphone, nom de famille, email etc).

L'espace commentaires a été désactivé
L'espace commentaires des articles de plus de 48 heures a été désactivé en raison du très grand nombre de commentaires que nous devons valider sur des sujets plus récents. Merci de votre compréhension.